Dix articles pour nos abonnés à ne pas louper ce mardi

AFP

Hazard qui «recadre» Lukaku; un lavoir social pour tous; des riverains qui s'estiment pris en otage à Liège... Voici une sélection des articles réservés à nos abonnés à découvrir ce mardi 19 juin.

1

L’attaque biologique, une menace réelle

C’est la plus vicieuse des armes que pourrait utiliser un groupe terroriste: l’arme biologique. Elle est difficilement contrôlable et il est souvent trop tard lorsqu’on prend conscience du mal qui se dissémine au sein de la population.

Aujourd’hui, un grand exercice va être organisé à la base militaire de Peutie. Il sera coordonné par le professeur Jean-Luc Gala (UCL), fort d’une expérience en Guinée pour lutter contre l’Ebola. Pour lui, l’attaque biologique est une menace réelle qui nécessite une réelle préparation.

«On a l’obligation de répondre à une menace de ce type. Elle est large et protéiforme. Les réponses seront les mêmes que pour une autre attaque. Il faut une coordination de première ligne, un management de crise, des communications entre le terrain et la gestion de crise». Mais c’est la nature de la menace qui nécessitera une approche différente: «l’expertise sur le terrain est différente, il faut un réseautage d’experts».

Que représente cette menace biologique?

+ À DÉCOUVRIR ICI

 

 

2

«Le scandale Veviba nous a fait gagner des clients»

Jordan Gofriaux est député wallon. Il est aussi conseiller communal à Perwez. Mais il est surtout éleveur à Malèves-Sainte-Marie-Wastines. Avec son épouse, Hélène, il s’est lancé dans l’élevage de cochons. Ça n’a pas toujours été simple. Ses demandes de permis ont eu une fâcheuse tendance à être refusées.

Du coup, le Relais du Terroir, le magasin à la ferme qu’il a lancé en juin 2012, reste abrité dans une construction temporaire placée sous le car-port de la maison. Les clients qui défilent sont obligés de se serrer. Mais cela ne va pas durer.

+ À DÉCOUVRIR ICI

 

 

3

Des solutions radicales pour faire face aux coulées de boue

Un chemin de remembrement dans le prolongement du village de Ville-en-Hesbaye et soudain, un talus placé en plein au travers de la voirie. Même si la signalisation limite la circulation à 30 km/h et que plusieurs panneaux préviennent de la présence de l’obstacle, cet aménagement risque de surprendre plus d’un automobiliste.

Le dispositif en question a été installé tout récemment par la Commune suite aux inondations et aux coulées de boue.

+ À DÉCOUVRIR ICI

 

 

4

Rodrigo aphone, fans coréens et un supporter de 10 mois à peine: 90 minutes au stade Machtens de Molenbeek pour le premier match des Diables

Quoi de plus normal qu’un stade de foot pour suivre un match de foot? C’est ce qu’on s’est dit en prenant la direction de Molenbeek pour assister à l’entrée en lice des Diables Rouges en Russie. Revivez Belgique-Panama avec les supporters rassemblés au stade Edmond Machtens.

+ À DÉCOUVRIR ICI

 

 

5

«Les vraies valeurs, c’est dans une cité qu’on les acquiert»

Évoquer les cités, c’est faire penser à une multitude de qualificatifs négatifs: pauvreté, drogue, violence, nuisances, chômeurs, ghetto, cas sociaux… Dans l’inconscient collectif, la cité, c’est un peu Germinal, un endroit où les gens «normaux» ne mettent pas les pieds.

Cette stigmatisation attriste logiquement les personnes qui y vivent. Tout récemment, certaines ont eu l’occasion de présenter une autre vision de la vie dans la cité, en participant à un documentaire intitulé «Cités d’ici. Regard sur les cités sociales de Quaregnon et de Boussu».

+ À DÉCOUVRIR ICI

 

 

6

Hazard a recadré Lukaku: «Il devait plus s'impliquer dans le jeu»

Comme l’ensemble de l’équipe belge, Eden Hazard était tout heureux de quitter Sotchi avec une première victoire dans ses bagages. C’est que le capitaine des Diables rouges sait à quel point les Panaméens leur ont compliqué la vie.

«Je veux surtout retenir le positif de ce premier match,» notait le format de poche de Chelsea, qui s'est permis de «recadrer» utilement Romelu Lukaku.

+ À DÉCOUVRIR ICI

 

 

7

Des gens du voyage se sont installés à Liège: «On se sent pris en otage»

C’est un sentiment d’impuissance qu’éprouvent plusieurs habitants des alentours du terril Batterie Nouveau, sur les hauteurs du Thier-à-Liège. Un terrain est occupé depuis samedi par des gens du voyage. «Une quarantaine de caravanes, sans doute une centaine de personnes», estime une riveraine, dépitée face à l’absence d’organisation autour de cette arrivée.

Il s’agit d’un terrain déjà occupé par des gens du voyage ou d’autres campements par le passé. «Parfois, cela s’est bien passé, parfois moins, explique la riveraine. Cette fois, honnêtement, c’est compliqué au niveau du bruit. On entend des moteurs, de la musique et pas mal de bruit jusque tard le soir. Il faut dire que l’endroit forme une sorte de caisse de résonance.»

Ce n’est pas la présence de gens du voyage en soi qui incommode l’habitante. Elle tient d’ailleurs à éviter toute forme de clichés régulièrement véhiculés à leur propos.

+ À DÉCOUVRIR ICI

 

 

8

Vincent Olimar, proche de Meunier : «Un seul bémol»

Conseiller fiscal, et quelque part confident de Thomas Meunier, Vincent Olimar, citoyen de Vance et ex-joueur d’Athus, Virton et Saint-Léger, évoque l’entrée en Coupe du monde de son protégé.

Interview.

+ À DÉCOUVRIR ICI

 

 

9

Noiseux: «Des coups portés avec une violence bestiale»

Le 17 août 2016, le corps de Giovanni Brasseur, un ancien militaire âgé de 44 ans, est retrouvé dans son chalet des Monts de l’Ourthe, à Noiseux (Somme-Leuze). L’accusation pointe du doigt une expédition punitive qui tourne au carnage. Jhonny Holtzheimer est inculpé d’assassinat. Son frère Michael doit répondre de meurtre. Quatre personnes, dont l’ex-femme de la victime devenue la compagne de Jhonny, doivent répondre de non-assistance à personne en danger.

Le ministère public réclame de 1 à 25 ans de prison.

+ À DÉCOUVRIR ICI

 

 

10

Un lavoir social pour tous

Le CPAS a ouvert un nouveau service accessible à l’ensemble des Floreffois. Un lavoir.

«Ce projet est né de la volonté de venir en aide aux bénéficiaires du CPAS qui se trouvent dans une situation de précarité telle qu’il leur impossible d’investir dans l’achat d’une machine à laver et qui n’ont d’autre solution que de recourir aux services d’un lavoir, souligne Delphine Monnoyer, la présidente. L’idée a donc émergé d’ouvrir un lavoir qui serait accessible à l’ensemble de la population et auquel les bénéficiaires du CPAS auraient accès à un tarif préférentiel.»

+ À DÉCOUVRIR ICI