COUPE DU MONDE

VIDÉO | Courtois: «Non, le Panama n’est pas une petite équipe»

Rarement sous le feu des projecteurs, Thibaut Courtois a tout de même été déterminant à deux reprises, face à un adversaire qu’il refuse de rabaisser.

Le portier belge a fait le boulot, et il fallait bien ça pour ne pas enrayer les plans des Diables rouges. En début d’interview avec la RTBF, Thibaut Courtois refuse de relativiser ce succès avec la supposée faiblesse de l’adversaire: «Bien sûr, les gens vont dire que le Panama, ça ne peut pas être difficile… Mais on est en Coupe du monde, et eux aussi. Ils se sont qualifiés, et pas les États-Unis. Ça veut dire que ce n’est pas une mauvaise équipe. Pour ce premier match, ils sont venus avec beaucoup d’ambition, ils voulaient se battre jusqu’au bout.»

Sur la difficulté de forcer le premier but: «Ils étaient trop organisés, on ne réussissait pas à trouver l’homme libre… jouer comme on peut jouer en fait. On avait pensé à des alternatives tactiques, et là, Dries marque un but immense. Après ça, tout sortait tout seul.»

 

À 1-0, cet arrêt était primordial

 

«Après le 1-0, j’ai quand même dû faire un gros arrêt pour éviter que le score passe à 1-1. Sinon, ça allait être plus dur, je crois. Je vois le ballon passer dans le dos de Jan (Vertonghen), je me dis que c’est peut-être hors-jeu, mais j’y vais quand même pour fermer l’angle. Avec mes deux mètres, c’est beaucoup moins facile pour l’attaquant. Je crois qu’il essaye de tirer entre mes jambes. Mais j’ai appris contre Messi qu’il valait mieux fermer mes jambes (NDLR: il avait encaissé deux buts ainsi en Ligue des Champions contre Barcelone). L’arrêt sur le coup-franc en dernière minute était aussi important. Je ne voulais pas lâcher le ballon car des attaquants étaient prêts à le reprendre. On a déjà vu des buts tomber dans une situation similaire. J’ai réussi à garder le ballon, je suis content, ça me donne de la confiance pour la suite.»

Sur la suite du tournoi: «La deuxième mi-temps était bonne, il faut garder cela. Face à la Tunisie, ce sera plus compliqué car ils ont plus de qualités que le Panama.»