Voici déjà plus de quarante ans naquit un mouvement musical qui allait bouleverser le monde du rock: le punk. «Nous avons créé l’ASBL en 2012 d’une part parce que nous avions du mal à trouver des endroits où jouer avec notre groupe et d’autre part parce que nous voulions organiser une grande fête avec nos amis.

De fil en aiguille, nos activités se sont multipliées avec l’organisation de concerts dans toute la région. Je pense que depuis la création de l’ASBL, nous avons permis à environ 200 groupes de jouer en concert » explique Julien Langhendries, un des fondateurs de l’ASBL. À ses côtés œuvrent également Lorentz Lenaerts et Mégane Lebrun. Tous les ans, l’association organise un week-end musical festif au mois de septembre dans un champ de Feluy. «C’est un peu par hasard que nous nous sommes installés à Feluy pour le festival. Il était très difficile de trouver une salle pour un tel événement et nous avons pu compter sur la coopération d’un fermier pour nous y installer. Le festival ne pourrait avoir lieu sans l’aide d’une vingtaine de bénévoles mais aussi grâce à l’entraide qui existe dans le mouvement punk » ajoute-t-il. Lors de l’édition 2017, le festival a attiré 500 personnes. L’ASBL espère encore faire mieux pour l’édition 2018 qui aura lieu les 7 et 8 septembre. Le mot skin peut effrayer, car il est assez connoté de nos jours. «Nous nous inscrivons dans le skin traditionnel qui remonte à la fin des années 60. À cette époque, le mouvement n’avait pas connu les dérives actuelles. Blancs et Noirs partageaient une même passion pour la musique. Ils écoutaient surtout du ska. Quant au punk, on sait aussi d’où vient le mouvement, parfois nihiliste. À l’origine, le punk, c’était No Future. J’aimerais qu’il devienne Yes Future » conclut Julien Langhendries.

Traditionnel Punk and Skins Festival ASBL

Marche-lez-Écaussines – Facebook