BASTOGNE

Veviba devient Qualibeef et le groupe Verbist prend du recul

Veviba devient Qualibeef et le groupe Verbist prend du recul

Veviba, c’est désormais de l’histoire ancienne. Dites désormais Qualibeef. BELGA

L’abattoir Veviba (Bastogne) change de nom pour devenir Qualibeef, ainsi que de conseil d’administration. Christian Kerkhofs est le nouveau CEO.

Veviba (et son scandale), c’est désormais du passé. La société basée à Bastogne a adopté un nouveau nom au terme d’une assemblée générale extraordinaire, a indiqué la RTBF. Elle s’appelle désormais Qualibeef .

«C’est un nom choisi par la famille Verbist, à qui la demande avait été faite voici plusieurs semaines», indique Christian Kerkhofs, le manager de crise nommé par la Sogepa début mars, dont le rôle va changer.

Verbist quitte le management

Car plus qu’un nom, c’est toute l’organisation qui a été modifiée. Ainsi, lors de cette assemblée, la famille Verbist a annoncé quitter le management. Elle reste cependant actionnaire, mais, comme pressenti dans notre édition de ce mercredi, elle a accepté d’ouvrir le capital à des coopératives.

Reprise semaine prochaine

Conséquence directe, cinq nouveaux administrateurs ont été nommés pour composer le conseil d’administration. Avec, à sa tête, Christian Kerkhofs qui devient donc le CEO de Qualibeef. «La famille Verbist restera majoritaire, mais elle n’aura plus aucun droit en termes de management», précise le CEO.

La reprise des activités a été rendue possible pour le retour de l’agrément assuré fin mai et lié à la présence des managers dépêchés par la Sogepa. Il est prévu pour la semaine prochaine au niveau de la découpe. «Nous espérons redémarrer à environ 30% des capacités totales puis d’être à nouveau rentable dans les prochains mois pour pouvoir se développer par après», complète Christian Kerkhofs.

Quant au personnel, il va entièrement poursuivre avec Qualibeef.

Un dénouement positif après la sortie médiatique de Louis Verbist lundi, qui a attaqué l’Afsca et son ministre de tutelle Daniel Ducarme. Une sortie très peu appréciée par les deux managers de crise, comme il l’avait indiqué officiellement le lendemain. Mais, finalement, elle n’a pas empêché Christian Kerkhofs de mener à bien sa barque.

Plus de quatre mois après l’éclatement du scandale, le site de Bastogne va vivre à nouveau.