LIÈGE

La province de Liège s’inquiète de la réforme des aides à la promotion de l’emploi

La province de Liège s’inquiète de la réforme des aides à la promotion de l’emploi

ÉdA Hermann

La province de Liège craint des retombées négatives de décisions du gouvernement wallon MR-cdH, a indiqué jeudi le député-président Paul-Émile Mottard (PS), à l’occasion de la conférence de presse de présentation du bilan de la législature 2012-2018.

Dans le viseur: la diminution du financement des provinces et l’éventualité d’exclure celles-ci du système de subventionnement APE (Aides à la Promotion de l’Emploi).

Le conseil provincial, qui se réunira à 15 h, recevra une délégation des agents provinciaux qui ont manifesté, dès 14 h 30, au palais provincial. Ceux-ci entendent exprimer leurs inquiétudes vis-à-vis de la réforme du dispositif APE qui pourrait exclure les provinces.

Celles-ci pourraient dès lors ne plus bénéficier d’un financement pour l’engagement de personnel. «Nous espérons, par le dialogue, pouvoir convaincre de la pertinence de l’investissement sachant que la province de Liège est celle qui a le plus investi en la matière avec ses 180 personnes sur les 400 concernées en Wallonie. Si ces aides disparaissent, la réduction de recettes risque, à terme, d’impacter le personnel», a précisé le député-président, insistant sur l’importance de l’institution en tant que pouvoir intermédiaire qui emploie plus de 6.000 personnes, dont la moitié dans l’enseignement, réparties sur le territoire de la province.

Le conseil provincial de Liège a présenté un bilan de législature fort d’un budget à l’équilibre avec une charge de dette réduite et près de 200 millions d’euros d’investissements dans les différents départements.

Parmi les projets réalisés durant cette législature, on peut citer l’inauguration du Pôle ballons à l’IPES de Hesbaye, le lancement des travaux du Pôle Bavière dédié à la culture, au numérique et aux arts, la mise en œuvre du projet TipTop en remplacement des cars de dépistage et consistant à rendre le citoyen acteur de sa santé physique et mentale, la poursuite des ouvertures d’antennes Openado en soutien aux jeunes et à leurs familles, les diverses mesures visant à réduire l’empreinte écologique ou encore l’encadrement proposé aux producteurs locaux afin de les aider à commercialiser leurs produits.

En matière d’enseignement, sans doute le plus grand département sachant que l’institution provinciale compte notamment 14 écoles et une Haute école avec ses 8 instituts, la députée provinciale Muriel Brodure-Willain (PS) a insisté sur les actions mises en œuvre en faveur des élèves/étudiants. «Afin de susciter l’esprit citoyen, le respect, la collaboration… Il y a eu des voyages mémoriels, des pièces de théâtre, des jardins collectifs, des opérations de dons de sang dans différentes écoles…», a-t-elle précisé.

La députée a épinglé deux importants projets en matière d’enseignement qui seront prochainement inaugurés. D’une part, la Maison Erasmus, à Jemeppe-sur-Meuse, permettra d’accueillir davantage d’étudiants étrangers tandis que la Maison de la simulation, au sein de la Maison de la formation à Seraing, est destinée à amplifier les entraînements en synergie et en situation réelle des acteurs de la sécurité. Celle-ci sera opérationnelle pour la rentrée en septembre prochain.