Dix articles pour nos abonnés à ne pas louper ce jeudi

EdA

Le Belge voit la télé en grand; guerre des chefs chez RTL; le bourgmestre de Jemeppe pense aller en appel, les «Socios» ne rachèteront pas le Standard... Voici une sélection des articles réservés à nos abonnés à découvrir ce jeudi 14 juin.

1

En matière de télé, que cherche le Belge ?

«Si les Belges marquent plus de 15 goals en Russie, nous vous remboursons votre TV », dit Krëfel. À chaque fête du monde, on vend de la bière, et juste avant, on vend des télés. On veut le meilleur du meilleur pour regarder les Diables sur petit écran… enfin, pas si petit que ça. Les standards ont changé, selon Kris Hellebuyck, product manager chez Samsung. «À l’époque du tube cathodique, un écran de 32 pouces avait une super grande taille. Pour les standards d’aujourd’hui, c’est très petit: le minimum, c’est 40 pouces.» Enquête.

+ À DÉCOUVRIR ICI

 

 

2

RTL : Rosenblatt en guerre contre Delusinne

C’est inédit: le directeur de la télé chez RTL Stéphane Rosenbaltt assigne son employeur (et donc le CEO de RTL Belgique, Philippe Delusinne) au tribunal du travail de Bruxelles. Le but ? Être réintégré dans la totalité de ses fonctions, c’est-à-dire récupérer son poste de directeur des contenus pour la radio dont il a été récemment évincé. 

+ À DÉCOUVRIR ICI

 

 

3

Restructuration chez Carrefour: quel pouvoir a la N-VA ?

L’accord entre direction et syndicats de Carrefour fixe la prépension à 56 ans. Impensable selon la N-VA, qui fait pression… Mais selon un spécialiste proche du dossier, le parti politique n'a pas grand chose à dire : «On n’a jamais vu un ministre fédéral remettre un avis contraire à celui de la commission prépension, qui siège au sein du SPF Emploi.» Analyse.

+ À DÉCOUVRIR ICI

 

 

4

Avec Fairwind, le petit éolien prend son envol

Depuis ce mercredi, la station d’épuration de Wasmuël est équipée d’une éolienne à axe vertical. Il s’agit de la 26e machine installée par l’entreprise hennuyère Fairwind, qui voit son carnet de commandes se remplir 10 ans après des débuts difficiles.

C’est en novembre 2007 que l’aventure Fairwind commence mais la machine a du mal à se mettre en branle car la société explore l’inconnu (aucun modèle crédible d’éolienne à rotor vertical n’a encore vu le jour). «On est parti de 2010 à 2012 dans le sud de la France sur un site d’essai créé par EDF afin d’homologuer des modèles de petites éoliennes.» Fairwind teste sa création et obtient deux ans plus tard une certification pour un modèle d’une puissance de 10 kW. Une certification qui lui apporte une crédibilité et lui permet de lancer la commercialisation de son petit modèle.

 Le vent tourne quand Carlo Di Antonio est séduit par le concept. Engie Electrabel, à la base peu emballé, estime ensuite que le modèle développé par Fairwind avait ses avantages suivant l’implantation de l’éolienne et son utilisation. Le géant international et la petite PME wallonne signent donc un partenariat commercial en juillet 2017. Bingo !

+ À DÉCOUVRIR ICI

 

 

5

Vente d’une parcelle du CPAS: une pétition citoyenne… téléguidée par un parti politique?

A Jalhay, en province de Liège, une pétition contre la vente d’une parcelle à bâtir circule. La présidente du CPAS dénonce une manœuvre politique et dénonce des pressions. Mise en ligne par Gaëtan Milis, citoyen de Priesville (Sart), nullement engagé politiquement, elle semble quand même avoir été fameusement «poussée» par Jalhay-Sart Demain, groupe politique citoyen qui envisage l’obtention d’élus aux élections d’octobre prochain.

Démarche citoyenne, entièrement ? Explications.

+ À DÉCOUVRIR ICI

 

 

6

Tom Adjibi sur la scène du 72e Festival d’Avignon

Remarqué dans diverses pubs à la télé, le comédien bruxellois Tom Adjibi jouera cet été à Avignon dans «La Reprise - Histoire(s) du théâtre», une coproduction internationale énorme par un des créateurs les plus courus du moment, le Suisse Milo Rau, et inspirée d’un fait divers liégeois particulièrement tragique. Portrait du comédien de 31 ans. 

+ À DÉCOUVRIR ICI

 

 

7

Décès de l’ouvrier communal: le bourgmestre de Jemeppe en appel?

Ce mercredi, le bourgmestre de Jemeppe-sur-Sambre a été jugé seul coupable de la mort de l'ouvrier de la piscine communale de Moustier. Mais à l’issue du prononcé de son jugement, Joseph Daussogne restait fidèle à sa ligne de défense. «Ça ne me fait évidemment pas plaisir, parce que je ne me sens pas du tout responsable de la mort, bien malheureuse, de M.Leenaers.»  Lui et son avocat vont donc étudier très sérieusement la possibilité d’aller en appel. 

+ À DÉCOUVRIR ICI

 

 

8

Renaud, un Brainois à Moscou pour le Mondial

De tous les supporters belges qui traversent l’Europe pour encourager les Diables rouges durant le Mondial, Renaud Vanhaelen est certainement l’un des premiers à être arrivés en Russie. Comme ses idoles de l’équipe nationale, le citoyen de Braine-l’Alleud a atterri à Moscou dès hier. Avec pour seul objectif de profiter pleinement de sa première Coupe du monde.

Renaud Vanhaelen sait déjà qu’il ne reviendra en Belgique que le 16 juillet, au lendemain de la finale de la Coupe du monde. Parce que s’il a planifié tout son voyage en fonction des matches de l’équipe nationale, il compte bien rentabiliser sa présence sur place pour assouvir une autre de ses passions. Comme il l’avait déjà fait lors de l’Euro 2016 ou de la Coupe des Confédérations, il va tenter de récolter un maximum de… tickets durant la compétition.

+ À DÉCOUVRIR ICI

 

 

9

Les «Socios» ne rachèteront pas le Standard

Les «Socios» n’entreront pas dans le capital du Standard. Lassés d’attendre une réponse et un calendrier concret sur leur entrée dans le capital du club, ils préfèrent jouer la transparence et jettent l’éponge. La société coopérative créée en 2013 pour récolter des fonds «sera soit liquidée, soit cédée à la Famille des Rouches si elle souhaite la reprendre, explique Pierre Eyben, un des initiateurs du projet et de l’ASBL lancée en 2011, à une époque où l’avenir du Standard était incertain, suite au départ de Margarita Louis-Dreyfus. 

+ À DÉCOUVRIR ICI

 

 

10

Des bijoux de la reine vendus aux enchères

L’Hôtel des ventes mosan, à Liège, organisait ce mercredi une vente aux enchères avec quelques pièces de grande valeur. Parmi les 340 pièces du catalogue se trouvaient six bijoux ayant fait partie de l’écrin de Marie-Henriette, deuxième reine des Belges et épouse de Léopold II.

Vendu à 6000 €, le bracelet en or jaune de la reine Marie-Henriette, par exemple, était estimé à 7000-8000 euros. Des sommes rondelettes peuvent donc être déboursées pour de telles acquisitions. Il s’agira tantôt d’un placement, tantôt d’une acquisition motivée par la passion ou la valeur sentimentale. «En tout cas, de tels bijoux ne seront pas portés», précise le directeur de l’Hôtel des ventes mosan.

+ À DÉCOUVRIR ICI