article abonné offert

PROVINCE DE NAMUR

Moins de places d’accueil : les CPAS namurois craignent des suppressions d’emplois

Moins de places d’accueil : les CPAS namurois craignent des suppressions d’emplois

En 2015, le CPAS de Profondeville avait déjà fermé la résidence des Frênes sur ordre du gouvernement. ÉdA – Florent Marot

Après les centres d’accueil temporaires, le gouvernement s’attaque aux places ILA dans les communes. De nombreux emplois sont en jeu.

Cet article est réservé aux abonnés.
Vous avez lu 28 des 767 mots de cet article.
Abonnez-vous ici pour connaître la suite.
déjà abonné? identifiez-vous ou activez ici votre accès numérique
Mot de passe oublié?

Nos dernières videos