SAUT À L’ÉLASTIQUE

Lambert Wéry tente le record du monde

L’Avinois Lambert Wéry va tenter, ces jeudi et vendredi, de battre le record du nombre de sauts à l’élastique en 24 heures.

Parfois, ça fait du bien, de sourire en se disant: «Il est fou!» Ça veut dire qu’on est admiratif, perplexe et bienveillant. Comment ne pas être tout ça à la fois face à l’exploit que va tenter en cette fin de semaine l’encore jeune quadra Lambert Wéry: battre le record du monde du nombre de sauts à l’élastique en 24 heures. Ce qui serait son troisième record, puisque l’Avinois, il y a au moins 20 ans, en avait détenu deux: celui du saut le plus haut d’un point fixe (320 mètres à l’époque) et celui du saut le plus haut avec un VTT. «Si je n’ai plus tenté de records du monde depuis toutes ces années, c’est parce que je ne suis pas obnubilé par ça», confie Lambert, qui, grâce à son expertise dans le domaine, a voyagé dans le monde entier.

Les conditions sont là

«Cela fait trois ans que je me disais que je tenterais bien ce record-ci mais, pour plein de raisons assez personnelles, je ne pouvais le faire. Mais là, voilà, il y a eu des changements dans ma vie, et, après certaines difficultés, je suis arrivé me reconstruire, à passer à autre chose. Et comme j’ai perdu 17 kg aussi, c’est le moment.»

Un moment d’autant mieux choisi qu’il vient rappeler que K2 Tower, la société créée par Lambert à Hognoul sur le site des anciens ascenseurs Kone, fête cette année ses dix ans!

«Ce n’est pas ma première motivation, mais, un peu comme Beau Retallick, le détenteur actuel du record, l’avouait dans une interview, si cette tentative peut aussi mettre en avant notre activité de saut à l’élastique, c’est une bonne chose», enchaînait celui qui habite aujourd’hui à Chêne Al Pierre (Manhay).

Sauter 159 fois avec des pauses

Pour battre le record, Lambert Wéry devra sauter 159 fois, une fois de plus que l’Australien détenteur, qui avait réussi son exploit à 40 ans.

Au fait, sauter 159 fois en 24 heures, cela revient à sauter toutes les 9 minutes. Est-ce comme cela que ça se passe? «Non, je vais essayer d’en faire le plus possible au début, histoire de pouvoir prendre des pauses et me reposer, explique le Hutois, qui aura un lit à disposition et sera entouré d’une équipe de 5 spécialistes du saut (Orlando Corso, Frédéric Delfosse et le team de Bmx «Que calor crew»). J’ai fait l’autre jour, à titre d’exemple, trois sauts en sept minutes.» Mais évidemment, c’est à peu près les seuls repères que le sauteur a par rapport à sa future performance. Car c’est tellement particulier qu’il est assez inconcevable de faire une répétition générale.

Et après 50 sauts?

«Du stress, oui, j’en ai à chaque saut, mais ce n’est plus le même stress évidemment que celui qui étreint ceux que je fais sauter le week-end, enchaîne Lambert Wéry. Malade, l’estomac retourné, je sais que je le serai après trois sauts, c’est comme ça, ça ne m’inquiète pas. Mais j’ai une grosse crainte: qu’est-ce qui se passe après 50 sauts? Le plus que j’aie jamais sauté, c’est une vingtaine de fois en une journée. Ce n’est pas la même chose. Attention, physiquement, ce n’est pas hyperexigeant. Ce n’est pas comme si vous faites un marathon, ici vous avez un peu mal au poignet à force de tenir la corde mais c’est tout. Par contre, l’estomac… Je mangerai avant, et je vais beaucoup boire pendant. Je ne sais pas si je mangerai beaucoup pendant…»

Soutenu par Renaud Rutten et Ludovic Daxhelet

L’élastique mesurera 9m31 (celui de l’Australien faisait 8m50), mais la longueur du saut sera chaque fois de 30-40 mètres. «En général, c’est la taille de l’élastique x 3,25», calcule Lambert Wéry, qui, ce jeudi, sera soutenu par deux parrains, l’humoriste Renaud Rutten et l’animateur de RTL Ludovic Daxhelet. «Et bien sûr, ce record du monde est ouvert au public à partir de 18 h 30 jeudi (NDLR: début à 19 h ce jeudi 7 juin et fin vendredi à la même heure). J’aurai besoin de soutien, et j’espère qu’il y aura des gens au début et à la fin. Pendant la nuit aussi, mais là j’ai un doute», rigole Lambert, qui s’attend à être un peu vaseux après l’exploit. «De ce que j’ai entendu comme témoignage en tout cas.»

Bien sauter!

À noter que chaque saut devra être validé (NDLR: «on filmera tout et ce sera joint au dossier pour le Guiness Book»). L’Australien Beau Retallick s’était ainsi vu décompter une vingtaine de sauts. «Je suppose que c’est qu’il resautait trop vite, pense Lambert. Il faut bien remonter sur la passerelle, se redresser et se lancer, pour que cela ressemble à quelque chose.»

Ce qui est sûr, c’est que Lambert Wéry, s’il se rend compte qu’il est en retard sur le record, ne compte pas abandonner. «Non, si j’arrête c’est que quelque chose ne va vraiment pas en moi, ou qu’il y a un problème technique (NDLR: lire ci-contre), mais sinon, je compte aller au bout.»

Qu’il batte ou non le record, quel anniversaire, en tout cas, se sera offert le Condrusien, lui qui aura 43 ans ce jeudi!

 

En bref

Le plus délicat : la remontée Lambert Wéry aura forcément souvent la tête en l’air pendant les 24 heures. «Je n’aime pas trop ça, surtout quand on a le soleil dans les yeux», dit-il. «La remontée, c’est le plus délicat, ajoutait-il. Pour gagner du temps, en effet, on ne me détachera pas en bas du saut, et on me remontera avec le treuil. Il faut faire attention que la corde qui me remonte ne s’enroule pas autour de l’élastique pour ne pas l’abimer. Et, en haut, je passe par un trou étroit dans la passerelle. Là encore, il faut faire attention de ne pas abimer l’élastique. Et aussi de ne pas tirer trop vite pour ne pas que j’aille m’écraser contre la passerelle et me blesser.»

Pas de treuil de secoursLe treuil qui servira à l’exploit du Condrusien (qui habite désormais à Chêne al’Pierre – Manhay) fonctionne parfaitement depuis 10 ans. Mais s’il venait à casser, tout tomberait à l’eau. «On a prévu des fusibles, un groupe électrogène pour s’il y avait des problèmes d’électricité, on a un deuxième élastique, mais on n’a pas de treuil de secours», sourit Lambert.

Un huissierC’est un huissier qui va constater la longueur de la corde. Pour le reste, l’équipe de Lambert Wéry va devoir fournir un dossier complet au Guiness Book, avec le film intégral de l’exploit.

K2 Tower La société K2 Tower de Lambert Wéry (qui, rappelons-le, est aussi actif dans l’événementiel, notamment pour Peugeot pendant l’année et Overdrive, le team du Hutois Jean-Marc Fortin, pendant le Dakar) propose des sauts au grand public tous les weekends de 11 à 18h. «Et ce samedi, on est ouvert!»

En pratique La tentative de record du monde aura lieu de ce jeudi 7 juin à 19h à ce vendredi 8 à 19h (forcément). Cela se passe à la K2 Tower, 174, rue de Bruxelles à 4340 Awans. Pour des raisons de sécurité et de concentration, personne ne pourra monter mais il y aura un bar en bas.