BELGIQUE

L’accord sur les métiers pénibles divise la majorité

L’accord sur les métiers pénibles divise la majorité

Les syndicats ont brûlé les étapes, dit en substance le député libéral Vincent Van Quickenborne. Photo News

Ni la N-VA ni l’Open Vld ne s’estiment liés par l’accord sur la liste des fonctions pénibles. Le CD&V et le MR ont quant à eux exprimé leur soutien à cet accord. Le gouvernement doit se prononcer vendredi en comité ministériel restreint

 

 

Le CD&V et le MR ont quant à eux exprimé leur soutien à cet accord. Le gouvernement doit se prononcer vendredi en comité ministériel restreint.

L’enchaînement devait être le suivant, a rappelé Vincent Van Quickenborne (Open Vld): un avis sur l’avant-projet de loi établissant les critères de pénibilité, et seulement ensuite la liste des fonctions pénibles. Or, à entendre le député, les syndicats ont brûlé les étapes.

Même son de cloche chez Jan Sporen (N-VA): la liste en question n’a jamais été discutée au sein du gouvernement et le mot «accord» utilisé par le ministre des Pensions, Daniel Bacquelaine, lui paraît pour le moins «bizarre» et «prématuré». Et le jugement est pour le moins négatif: selon le député, près de la moitié des fonctionnaires pourraient prétendre exercer une fonction pénible et dès lors partir plus tôt à la retraite si cette liste était approuvée.

À l’inverse, Sonja Becq (CD&V) a salué l’accord conclu et félicité le ministre ainsi que le Premier ministre, Charles Michel, qui préside le comité A. «La concertation sociale a fonctionné de manière effective», a-t-elle souligné.

«Le MR soutient pleinement cet accord», a dit de son côté David Clarinval (MR).

Les syndicats font de la liste négociée une condition de leur accord. «À ce stade, je ne veux pas me prononcer sur le contenu de ces listes vu qu’elles doivent encore être approuvées par le gouvernement. Le gouvernement a été cependant informé régulièrement de l’évolution des discussions en lien avec la liste», a expliqué M. Bacquelaine (MR), qui a parlé d’une «étape décisive dans le processus de négociation».

L’opposition a dénoncé des divergences au sein du gouvernement: «ceci n’est pas un accord», a lancé Georges Glikinet (Écolo) tandis que Catherine Fonck (cdH) faisait remarquer que Charles Michel, en président le comité A, s’était engagé «dans le contenu de cet accord».

«Aujourd’hui, je suis inquiet vu les déclarations des uns et des autres. L’incertitude est totale», a souligné Fréderic Daerden (PS).

Des discussions ont lieu également dans le secteur privé. Une nouvelle réunion est prévue le 28 mai. M. Bacquelaine a assuré que les négociations dans le secteur privé et le secteur public seraient menées «en parallèle» car il entend «maintenir l’équité entre tous les travailleurs du pays».

Parmi les préoccupations exprimées par l’Open Vld et la N-VA, figure le respect du cadre budgétaire de la réforme. Les enveloppes sont toujours celles qui ont été décidées dans le cadre du budget 2017, a affirmé le ministre qui entend respecter les objectifs assignés. Le Bureau du Plan sera chargé d’analyser l’effet budgétaire à long terme.

Nos dernières videos