MONDE

Madrid refuse de nommer les ministres exilés, la Catalogne bloquée

Madrid refuse de nommer les ministres exilés, la Catalogne bloquée

Quim Torra n’aura pas un gouvernement de sitôt. AFP

Le nouveau président catalan, l’indépendantiste Quim Torra, a reporté la prise de fonctions de son gouvernement, prévue mercredi, face au blocage par Madrid de la nomination de membres de l’exécutif régional emprisonnés ou exilés.

Dans un communiqué, M. Torra, qui a pris ses fonctions jeudi, a dénoncé «le blocage exercé par le gouvernement espagnol» de Mariano Rajoy et a annoncé avoir demandé à son administration d’«étudier les mesures juridiques pouvant être prises» pour y remédier.

Madrid, qui contrôle l’administration régionale depuis la déclaration d’indépendance avortée du 27 octobre, refuse d’avaliser le décret de nomination de l’exécutif catalan, signé samedi par M. Torra.

L’entrée en fonction d’un gouvernement régional est la condition indispensable à la levée de la tutelle du gouvernement central sur la Catalogne.

Dans son équipe, le nouveau président catalan a inclus quatre anciens «ministres» régionaux du président Carles Puigdemont, destitué en octobre, dont deux sont en détention provisoire et deux installés à Bruxelles et dont l’extradition est réclamée par la justice espagnole.

Le gouvernement de M. Rajoy, qui considère la présence de ces ministres comme une «nouvelle provocation», dispose en principe de dix jours pour publier la liste du gouvernement régional au journal officiel et ainsi permettre sa prise de fonctions.