MONDE

Nicolas Maduro réélu, l’opposition crie au scandale

Nicolas Maduro réélu, l’opposition crie au scandale

AFP

Le président vénézuélien, Nicolas Maduro, a remporté l’élection présidentielle avec 5,8 millions de votes, a annoncé dimanche soir le Conseil national électoral.

Son principal adversaire, Henri Falcon, crédité de 1,8 million de voix, ne reconnaît pas le résultat du scrutin et appelle à un nouveau processus électoral.

M. Maduro est sorti gagnant du scrutin présidentiel avec 68% des voix contre 21% pour son principal adversaire. «La paix et la démocratie ont réussi en ce jour historique du pays», a commenté Nicolas Maduro qui était candidat à sa réélection pour un nouveau mandat de six ans à la tête du pays en proie à une grave crise politique et économique. «Nous célébrons à côté du peuple ce nouveau départ pour mener la patrie vers la prospérité», a-t-il ajouté dans une réaction partagée sur le réseau social Twitter.

Le principal opposant à cette réélection, Henri Falcon, a obtenu 1,8 million de voix. Il a annoncé qu’il ne reconnaissait pas les résultats du vote en raison des nombreuses irrégularités constatées. Il a remis en question la légitimité de l’élection présidentielle, avant que les résultats soient connus, déplorant des violations répétées des règles électorales. Ce dissident chaviste, ancien gouverneur, souhaite qu’un nouveau scrutin soit organisé cette année-ci encore.

«

Nous ne reconnaissons pas ce processus électoral, pour nous, il n’y a pas eu d’élection. Une nouvelle élection doit être organisée au Venezuela

»

«Nous ne reconnaissons pas ce processus électoral, pour nous, il n’y a pas eu d’élection. Une nouvelle élection doit être organisée au Venezuela», a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse, accusant le gouvernement d’avoir fait pression sur les électeurs.

L’adversaire de Nicolas Maduro a pointé du doigt les «points rouges», ces tentes installées par le PSUV, le parti au pouvoir. Après avoir voté, les électeurs sont venus s’y inscrire dimanche dans l’espoir de recevoir la récompense promise par le président.

«12.711 points rouges ont été installés à travers le pays […] Là, présume-t-on, ils ont reçu un virement de 10 millions de bolivars (après avoir voté). Ce qui représente 87,6% des 14 000 bureaux de vote», a ajouté Falcon, dénonçant la prolongation des horaires des lieux de scrutin et l’expulsion de ses observateurs dans certains d’entre eux.

Les autres adversaires ont remporté moins d’un million de voix, 925 042 pour Javier Bertucci et 34 614 pour Reinaldo Quijada. Le pasteur évangélique Javier Bertucci, 48 ans, a également dénoncé l’élection quelques minutes après l’annonce des résultats et appelé à un nouveau vote.

Des élections critiquées

L’Union européenne, les États-Unis et le groupe de Lima, réunissant 14 pays d’Amérique latine et de Caraïbes avaient déjà critiqué l’organisation peu démocratique du scrutin. «La soi-disant ‘élection’au Venezuela est une insulte à la démocratie», a communiqué sur Twitter dimanche durant le vote la mission américaine après de l’ONU, dirigée par l’ambassadrice américaine Nikki Haley, qui a partagé le message.

Plus de 20 millions d’électeurs étaient invités à se rendre aux urnes dimanche mais le taux de participation s’est avéré très faible, alors que la population doit faire face à une inflation galopante et à des pénuries de nourriture et autres commodités. La journée électorale s’est néanmoins déroulée sans incident.