En 1980, pour la fête de Damré MM. Dykmans et Tenaerts de Surlemont, avec l’aide de scouts, posèrent quelques dizaines de mètres de rails sur l’assiette de l’ancienne ligne de vicinal Poulseur – Sprimont – Louveigné – Trooz dans le but d’y faire rouler une locomotive de mine et un wagonnet.

Un matériel qui allait transporter 300 enfants pendant un week-end. L’année suivante le Chemin de fer de Sprimont voyait le jour. Une plus importante infrastructure était réalisée avec d’autres séduits par le projet. L’écartement des voies passait de 52,5 cm à 60 cm, et le parcours allongé à 400 m. Des voitures furent construites, avec sièges récupérés d’un ancien autobus. Le C.F.S. allait devenir un Musée vivant d’archéologie industrielle ferroviaire de la voie étroite. Il fallut aussi abriter le matériel, un bâtiment fut amélioré ce qui allait allonger un peu le parcours. Vint le dépôt – Musée aussi construit par des bénévoles. Les «pionniers» recherchèrent tout ce qui concernait les voies de 60 cm dans le pays et au-delà des frontières. Ainsi arrivèrent à Damré des locomotives, wagons et wagonnets qui nécessitèrent plus de voies de garage. Pour sortir de l’isolement deux «bus parisiens » vinrent compléter le matériel, l’idéal pour rejoindre le beau Musée de la pierre situé à un km. Il y eut encore l’acquisition de matériel plus lourd et la réalisation de baladeuses. Plus tard, ce fut l’arrivée d’un bus vicinal pour des excursions. Actuellement, une vingtaine de locomotives «résident» à Damré. Une locomotive à vapeur de 1905, en triste état, Marie, a été remise en état il ne reste plus qu’à rénover la chaudière à vapeur, pour cela il faut trouver… 60 000€! Pourquoi ne pas aider ces pionniers par des dons qui permettraient de retrouver un aspect du patrimoine industriel de la région.

Pierre Dyckmans:

04 382 20 29 – 0498 35 38 93