article abonné offert

Transports en commun: le blues des campagnes

Transports en commun: le blues des campagnes

Avec des bus souvent trop pleins ou trop vides en fonction des heures ou des destinations, le TEC a de quoi être frustré. ÉdA – Florent Marot

Pour assurer une meilleure mobilité dans les campagnes, le TEC devrait être en première ligne. Mais pour le président du TEC Namur-Luxembourg, les moyens ne suffisent pas à rencontrer les besoins en zone rurale. Et des bourgmestres estiment ne pas être entendus.

Cet article est réservé aux abonnés.
Vous avez lu 37 des 1037 mots de cet article.
Abonnez-vous ici pour connaître la suite.
déjà abonné? identifiez-vous ou activez ici votre accès numérique
Mot de passe oublié?