VOYAGE

Plusieurs syndicats européens menacent Ryanair de mener des grèves durant l’été

Plusieurs syndicats européens menacent Ryanair de mener des grèves durant l’été

AFP/Paul FAITH

Pression sociale maximale chez Ryanair où les syndicats laissent à la compagnie aérienne à bas coûts irlandaise jusqu’au 30 juin prochain pour rencontrer leurs demandes.

Plusieurs syndicats européens, dont la CNE/LBC pour la Belgique, ont lancé mardi un ultimatum à Ryanair. À l’issue d’une réunion à Lisbonne, au Portugal, ils ont co-signé une lettre dans laquelle ils menacent la compagnie aérienne à bas coûts irlandaise de mener des mouvements de grève durant l’été prochain si l’entreprise se refuse à respecter les législations nationales sur le travail. Les différentes organisations, qui représentent le personnel de cabine, lui donnent jusqu’au 30 juin prochain pour rencontrer leurs demandes.

Ryanair doit respecter les différentes législations locales sur le travail et appliquer les procédures de ressources humaines internes, et ce dans tous les pays européens, est-il écrit dans leur lettre, qu’a pu consulter l’agence Belga. Cela signifie que la compagnie ne peut aller à l’encontre de la manière dont se déroulent les négociations sociales dans notre pays, explique Didier Lebbe, secrétaire permanent CNE. Le syndicat chrétien est le seul à avoir des affiliés belges au sein de cette entreprise.

Ryanair doit en outre entamer des négociations avec les représentants désignés par chaque syndicat signataire, sans imposer la moindre restriction, et appliquer les mêmes termes et conditions de travail à l’ensemble des membres du personnel de cabine, préviennent les différents syndicats (Italie, Espagne et Portugal).

Si la compagnie ne parvient pas à répondre à ces demandes pour le 30 juin, les organisations représentatives appelleront à une action coordonnée, ce qui pourrait inclure une grève, durant l’été 2018. Une grève avait notamment eu lieu au Portugal au début du mois.

«Le texte est ouvert à d’autres syndicats mandatés pour représenter des travailleurs de Ryanair. Et nous sommes confiants qu’ils vont se joindre à nous», espère Didier Lebbe. Des organisations représentatives allemandes et néerlandaises étaient en effet également présentes mardi à Lisbonne mais n’ont pas (encore) signé le document car elles souhaitent d’abord le présenter à leur base.