TÉLÉ

«La RTBF nous appartient» demande l’externalisation de la médiation

«La RTBF nous appartient» demande l’externalisation de la médiation

-

La semaine dernière, le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) a sanctionné la RTBF pour non-respect de sa mission de médiation avec ses publics. Le collectif «La RTBF nous appartient» souhaite que cette mission soit externalisée.

Suite à la sanction infligée à la RTBF par le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) pour le non-respect de sa mission de médiation, le collectif «La RTBF nous appartient» a décidé de réagir. Car l’externalisation de la mission de médiation de la RTBF fait partie des propositions du collectif dans le cadre du renouvellement du contrat de gestion du service public.

«La médiation est l’un des outils majeurs de la RTBF pour développer le dialogue avec ses usagers et fédérer ceux-ci, c’est donc l’ADN même du service public, avance le collectif dans un communiqué. Notre collectif l’a rappelé lors de l’audition de trois de ses membres pendant près de deux heures au Parlement: […] C’est l’un des meilleurs moyens pour la RTBF d’assurer sa différence par rapport aux chaînes privées. La médiation, ce n’est pas un simple débat. Le but de celle-ci consiste à partir de plaintes d’usagers, voir si elles sont justifiées, et si oui, arriver à un changement concret des pratiques de la RTBF.»

Le collectif déplore le détricotage dont a fait l’objet la médiation au fil des ans, au gré des contrats de gestion successifs. Le communiqué prend l’exemple de l’émission Qu’en dites-vous?, présentée par Jean-Jacques Jespers en septembre 2001 et diffusée le dimanche entre le débat politique et le JT: «L’émission était enregistrée dans les conditions du direct et pas montée. Le débat se déroulait entre un usager et un représentant de la RTBF. Il se concentrait sur la recherche d’une solution concrète à mettre en place. Le dernier mot était toujours donné au téléspectateur ou à l’auditeur», note le collectif.

Aujourd’hui, l’émission Medialog est diffusée dix fois par an, vers 23 h sur La Deux, avec rediffusion dans la boucle de nuit de La Trois et une mise en ligne sur Auvio.

 

Sur ce dernier point, la récente condamnation de la RTBF par le CSA montre qu’il faut refaire de la médiation ce qui distingue le service public de ses concurrents privés, estime-t-il. Le régulateur a en effet pointé la diffusion trop tardive de Medialog, émission télévisée lors de laquelle des courriers de téléspectateurs sont parfois discutés à l’antenne.

 

«Il est difficile pour un média d’organiser lui-même la critique par ses usagers et de rendre publique celle-ci. C’est d’autant plus ardu lorsque ce média est toujours en recherche de ressources publicitaires et que ses concurrents privés ne sont pas obligés d’agir de même.» Tant l’émission de médiation de la RTBF que son service de traitement des plaintes devraient être externalisés et confiés par exemple au médiateur de la Fédération Wallonie-Bruxelles, conclut le groupe de pression.

 

Ces revendications tombent la veille de la diffusion ce mercredi 25 avril d’un numéro de Medialog présenté par Thierry Bellefroid et consacré le bon usage des mots (ou de l’usage des bons mots) dans les titres et les articles publiés sur le portail info de la RTBF et sur les médias en ligne de manière plus générale.