Enjeux, présentation des listes...

BRUXELLES

Émeutes à Bruxelles: le rappeur Benlabel acquitté, 7 personnes condamnées

Émeutes à Bruxelles: le rappeur Benlabel acquitté, 7 personnes condamnées

Le rappeur Benlabel, qui avait invité à «tout cramer à Lemmonier», a été acquitté. Photo News

Le tribunal correctionnel de Bruxelles a rendu son jugement, ce vendredi matin, dans le dossier des émeutes de novembre dernier. Trois personnes, dont le rappeur Benlabel, ont été acquittées, sept autres ont été condamnées, principalement à des peines de travail.

Cinq prévenus dans le dossier des émeutes de novembre dernier dans le centre de Bruxelles ont été condamnés à des peines de travail de 220 heures, vendredi matin, par le tribunal correctionnel de Bruxelles.

Il a estimé que ceux-ci étaient les auteurs de différentes dégradations commises lors des émeutes dans le centre-ville de Bruxelles le 11 novembre dernier. L’un avait pillé un night shop, un autre mis le feu à une camionnette, un troisième avait détruit la vitrine d’un magasin et les deux derniers avaient détruit du mobilier urbain et lancé des projectiles sur la police.

Le rappeur Benlabel, poursuivi pour avoir appelé à l’émeute invitant sur Facebook à «tout cramer à Lemonnier», a lui été acquitté, ainsi que trois autres hommes.

Le tribunal correctionnel de Bruxelles a enfin prononcé une peine d’un an de prison avec sursis et une peine de travail de 300 heures à l’encontre de deux hommes prévenus dans le cadre d’émeutes survenues à Ixelles le 25 novembre dernier.

Le premier avait jeté un panneau de signalisation sur un commissaire de police et jeté plusieurs projectiles sur un véhicule de police. Le second avait, entre autres, brisé les portes d’entrée d’un magasin de l’avenue Louise et également endommagé un véhicule de police.

Pour rappel, des bagarres de rue avaient éclaté à Bruxelles alors que plusieurs centaines de personnes étaient rassemblées pour fêter la qualification de l’équipe de football du Maroc pour la coupe du monde.

Des vitrines de magasins avaient été détruites, des voitures vandalisées et du mobilier urbain abîmé. Plusieurs policiers qui étaient intervenus avaient aussi été la cible de projectiles.