FOOTBALL

PHOTOS | Clasico, acte 4: Carcela et le Standard remportent le choc face à Trebel et Anderlecht (2-1)

PHOTOS | Clasico, acte 4: Carcela et le Standard remportent le choc face à Trebel et Anderlecht (2-1)

Dans un choc riche en intensité, c’est Carcela et les Rouches qui sont sortis vainqueurs. BELGA

Plus qu’un arbitre pour le titre, le Standard s’est mué en véritable candidat à la deuxième place après avoir battu son grand rival lors d’un clasico riche en intensité.

Standard 2 – Anderlecht 1

Le fil du match

Le vol du phénix n’en finit plus

Dans une chaude atmosphère, les vingt-deux acteurs ont démarré la partie en trombes, se ruant toutes enjambées vers l’attaque. Et ce sont les Rouches qui, face à leur kop, se montraient les premiers dangereux, notamment via Edmilson Junior qui mettait le feu dans le rectangle mauve mais dont le centre tendu à ras-de-terre ne trouvait personne.

Ce n’était que partie remise pour les Liégeois.

À peine le temps pour Morioka de galvauder un premier face-à-face avec Ochoa et Edmilson adressait un nouveau centre à ras-de-terre, lequel trouvait cette fois Renaud Emond qui, bénéficiant de la sortie hasardeuse de Matz Sels, faisait exploser le public de Sclessin (1-0).

PHOTOS | Clasico, acte 4: Carcela et le Standard remportent le choc face à Trebel et Anderlecht (2-1)
Le phénix rouche, Renaud Émond, a encore volé… un but. BELGA

PHOTOS | Clasico, acte 4: Carcela et le Standard remportent le choc face à Trebel et Anderlecht (2-1)
Juste avant le but de Renaud Émond, Memo Ochoa avait réussi son face-à-face avec Ryota Morioka. BELGA

Plus agressif, le Standard ne laissait pas le temps à l’adversaire de développer son jeu dans ce début de match. Coupable sur le but d’ouverture, Sels se trouvait par contre à la bonne place sur une frappe redoutable de Fai au quart d’heure.

Plutôt que d’abdiquer, le Sporting d’Anderlecht tentait de reprendre l’offensive, manquant de peu le cadre sur corner: les grands formats mauves montés pour le coup passaient à côté du ballon brossé par Trebel.

Un roux peut en cacher un autre

Alors que l’intensité retombait quelque peu, les Anderlechtois poursuivaient leur redémarrage et auraient pu bénéficier à leur tour d’une approximation du gardien adverse: Ochoa relâchait en effet un centre venu de Saief, tandis que Morioka, à la réception, ne pouvait conclure face à la défense rouche bien repliée.

Car c’est bien le Sporting qui insistait en fin de première mi-temps. S’il trouvait le poteau via une frappe sèche de Sven Kums, le véritable cigare allumé par Adrien Trebel, l’ancien Rouche, perforait la défense locale pour égaliser peu avant la pause (1-1).

PHOTOS | Clasico, acte 4: Carcela et le Standard remportent le choc face à Trebel et Anderlecht (2-1)
Adrien Trebel s’est rappelé au bon souvenir des supporters rouches qui, jadis, adulaient ses frappes sèches. BELGA

Deux rouquins et autant de buts équitablement répartis déterminaient ainsi le score à la pause d’un clasico d’une belle intensité, à défaut d’être d’un niveau technique déroutant.

Mehdi, comme à l’entraînement

Au retour des vestiaires, la pièce reprenait le scénario joué en début de partie: c’est donc le Standard qui se portait vers l’avant. Les Rouches alertaient une première fois la défense anderlechtoise sur une belle frappe de Razvan Marin.

Et comme lors du premier acte, cet avertissement annonçait la tempête dans le rectangle mauve.

Alors que l’on approchait l’heure de jeu, Mehdi Carcela rentrait dans le jeu depuis le flanc droit avec une aisance déconcertante, pour s’en aller rendre l’avantage aux Liégeois d’une belle frappe brossée que Sels ne pouvait qu’effleurer (2-1).

PHOTOS | Clasico, acte 4: Carcela et le Standard remportent le choc face à Trebel et Anderlecht (2-1)
Mehdi Carcela, capitaine buteur pour les Rouches et l’un des hommes du retour en forme du Standard. Photo News

Ganvoula n’y arrive pas

À nouveau tel avant l’entracte, Anderlecht n’abdiquait pas.

Parti du point de corner, Kenny Saief dribblait cinq défenseurs liégeois pour servir Trebel dont la reprise croquée tombait dans les grandes pattes de Silvère Ganvoula, entré au jeu pour combler le vide laissé par le fantomatique Teodorczyk. Le Congolais canonnait du point de point de penalty, mais Ochoa revenait du diable Vauvert pour sauver les meubles.

PHOTOS | Clasico, acte 4: Carcela et le Standard remportent le choc face à Trebel et Anderlecht (2-1)
Silvere Ganvoula aurait pu égaliser en fin de rencontre pour Anderlecht. Deux fois. BELGA

En fin de rencontre, c’est encore Ganvoula qui se montrera dangereux. Et maladroit. À la réception d’un centre venu de la droite, le grand Silvère surmonte toute la défense rouche mais ne peut ajuster son coup de tête qui envoie le ballon dans les nuages.

Plus rien ne bougera.

Le Standard, grâce à ses deux hommes forts de 2018, Renaud Emond et Mehdi Carcela, remporte le clasico et met ainsi la pression sur Gand et… Anderlecht pour le gain de la 2e place.

La technique du match

Arbitre: M. Visser.

Buts: Émond (1-0, 9e), Trebel (1-1, 39e), Carcela (2-1, 60e).

Cartes jaunes: Trebel, Koutroubis, Saief, Luchkevych.

RSCL: Ochoa; Fai, Laifis, Koutroubis, Cavanda; Edmilson, Cimirot, Marin (77e Agbo), Carcela (83e Carlinhos); Cop (46e Luchkevych), Emond.

RSCA: Sels; Sa, Dendoncker, Obradovic; Saelmaekers (69e Chipciu), Kums, Trebel, Saief; Gerkens, Morioka (77e Bruno); Teodorczyk (61e Ganvoula).

Ce qu’il faut retenir du match

Candidats au top 2. En s’imposant contre son rival mauve, le Standard enregistre une 3e victoire en 4 rencontres de PO1 et revient à un point de la 3e place et 3 de la seconde, occupée par son adversaire du jour. Plus qu’un arbitre pour le titre, le Standard est en train de faire des dégâts dans un top 6 que nombreux pourtant ne le voyaient pas intégrer durant la phase classique du championnat. S’il ne fait en aucun cas oublier les Buffalos, actuels troisièmes, Anderlecht et le Standard sont plus que jamais des candidats à la place de vice-champion, place qualificative pour les barrages de la Ligue des champions.

Citadelle (quasi) imprenable. Sur les dix derniers déplacements en bord de Meuse, Anderlecht n’y a gagné qu’une seule fois, c’était en 2016. Autant écrire que Sclessin est devenu citadelle (quasi) imprenable pour le Sporting… Côté rouche, on se félicitera de ce 16e match à domicile consécutif sans connaître la défaite en championnat, la dernière remontant au 18 août et au cinglant 0-4 contre Zulte Waregem.

Onzième rose pour Émond. Véritable symbole du renouveau liégeois depuis janvier, Renaud Émond a encore fait parler la poudre ce mercredi soir, inscrivant son 11e but toutes compétitions confondues depuis le début de l’année, le sixième en championnat. Devenu incontournable dans le système de Ricardo Sa Pinto, le Gaumais n’en finit plus d’affoler les statistiques. De quoi voir son nom revenir dans certaines discussions entourant… l’éventuel forfait de Michy Batshuayi chez les Diables!

Émond chez les Diables? Découvrez ce qu’en pense Roberto Martinez dans L’Avenir de ce jeudi 19 avril, sur tablette, smartphone ou PC)

Trebel frappe d’Adrien. Cible des quolibets liégeois, l’ancien Rouche Adrien Trebel s’est rappelé au bon souvenir des supporters du Standard qui, autrefois, adulaient ses lourdes frappes. Inutile d’écrire que celle ayant amené le but égalisateur des Mauves a été accueillie plus froidement par le public de Sclessin. Il ne s’agit pourtant que du 2e but inscrit en championnat par le Français depuis son arrivée à Anderlecht, après celui marqué face à Courtrai le 26 novembre dernier. Un bien joli but mais qui ne rapporte donc rien ce mercredi soir.