SANTÉ

Jugé aussi dangereux que le trampoline, l’hoverboard fait de nombreuses victimes

Jugé aussi dangereux que le trampoline, l’hoverboard fait de nombreuses victimes

Depuis 2015, 27 000 enfants américains auraient été admis aux urgences suite à un accident d’hoverboard. RelaxNews

Aussi dangereux que le trampoline, l’hoverboard envoie chaque jour 36 enfants américains aux urgences. De quoi alerter les médecins qui tentent de sensibiliser les parents sur les consignes de sécurité à adopter.

Deux ans après la commercialisation de l’hoverboard, une planche motorisée montée sur deux roues, 27 000 enfants auraient été admis aux urgences suite à un accident, selon une étude nationale conduite par des médecins urgentistes américains alertés par l’augmentation du nombre d’accidents. Le nombre de blessures serait même sous-estimé étant donné les cas non répertoriés n’ayant pas fait l’objet de visites médicales dans des services d’urgences.

Les accidents d’hoverboard surviennent en plus grand nombre à la maison et chez les garçons âgés de 12 ans, a montré l’étude qui pointe trois types de blessures principales: des fractures (40%), des bleus (17%) et des foulures ou entorses (13%). Les parties du corps les plus fréquemment touchées sont le poignet (19%), l’avant-bras (14%) et la tête (14%), selon l’étude.

«Les enfants devraient porter un casque et les parents surveiller leurs enfants quand ils utilisent ces jouets», alerte le Dr Sean Bandzar, auteur principal de l’étude et médecin urgentiste à l’hôpital presbytérien de New York.

D’autres médecins vont même plus loin en déconseillant l’engin aux enfants du fait de «risque de blessures sérieuses» et préconisant son classement dans la même catégorie que le trampoline. «Beaucoup d’adolescents font plusieurs choses à la fois et sont donc distraits quand ils utilisent un hoverboard. Ils écoutent de la musique, font des jeux vidéo de jeu ou envoient des textos avec leurs smartphones», poursuit Robert Glitter, médecin urgentiste au Lenox Hill Hospital à New York, qui n’a pas participé à l’étude.

À noter que plus de 500 000 hoverboards ont été rappelés en juillet 2016 par la Consumer Products Safety Commission (CPSC) aux États-Unis après certains cas d’explosions et d’incendies. Face à cette mauvaise presse, l’étude rapporte seulement trois cas de blessures par brûlure: deux d’entre elles brûlures provenaient d’une collision avec un pot d’eau bouillante dans une cuisine et le troisième cas d’une friction après qu’un hoverboard se soit écrasé sur le doigt d’un enfant.

Ces travaux sont publiés dans la sérieuse revue «Pediatrics».