MONDE

Carles Puigdemont devrait être libéré sous conditions

Carles Puigdemont devrait être libéré sous conditions

AFP

Carles Puigdemont, interpellé dimanche matin en Allemagne, devrait être libéré sous conditions, en attendant une décision sur le fond concernant le mandat d’arrêt décerné à son encontre, estime Paul Bekaert, l’avocat de l’ancien ministre-président catalan.

M. Puigdemont a été appréhendé dimanche alors qu’il tentait de passer en voiture la frontière entre le Danemark et l’Allemagne. Il avait quitté vendredi la Finlande et avait l’intention de rejoindre la Belgique où il s’est réfugié depuis fin octobre. L’ancien responsable de la Catalogne avait opté pour la voiture en espérant éviter les contrôles dans les aéroports, a précisé son avocat. Selon ce dernier, il y a de fortes chances que M. Puigdemont n’ait pas été intercepté au cours d’un contrôle de routine mais que les services de police allemands aient été avisés par leurs collègues espagnols. L’agence DPA précise que Carles Puigdemont a été incarcéré à Neumünster, dans le nord de l’Allemagne.

Me Bekaert pense que son client va être libéré sous conditions, comme cela s’est fait en Belgique. La justice allemande doit se prononcer dans les 48 heures sur sa libération conditionnelle. Elle aura ensuite 60 jours pour décider sur le fond de l’exécution du mandat d’arrêt émis par l’Espagne.

Paul Bekaert a ajouté qu’il continuerait à défendre M. Puigdemont, bien que ce dernier se trouve en Allemagne. Carles Puigdemont risque une peine plus longue, après qu’il a été inculpé de rébellion vendredi aux côtés de 12 autres séparatistes.

Appel à la manifestation

Des appels à manifester à 16h ont été lancés par les séparatistes catalans à Barcelone sur les Ramblas, célèbre avenue du centre-ville, ainsi que devant la délégation du gouvernement espagnol, où des heurts ont eu lieu vendredi entre manifestants et policiers après une décision de justice anti-indépendantistes.

Carles Puigdemont s’était réfugié à Bruxelles fin octobre 2017, anticipant des poursuites pour «rébellion» et «sédition» déclenchées par la justice espagnole à la suite de la tentative ratée de sécession de la Catalogne l’automne dernier.

Le dirigeant indépendantiste «a été arrêté aujourd’hui à 11h19 par la police autoroutière du Schleswig-Holstein», a déclaré à l’AFP un porte-parole de la police allemande.

«Il est maintenant sous la garde de la police», a-t-il ajouté, précisant avoir agi dans le cadre d’un mandat d’arrêt européen. Cette arrestation a été confirmée par la porte-parole du parti de M. Puigdemont, Anna Grabalosa.

«Cela s’est passé au moment où il franchissait la frontière germano-danoise. Il a été bien traité et ses avocats sont là-bas. C’est tout ce que je peux dire», a-t-elle déclaré.

Poursuivi pour rébellion

M. Puigdemont a été arrêté deux jours après que le juge de la Cour suprême espagnole Pablo Llarena eut confirmé des poursuites pour «rébellion» contre 13 indépendantistes catalans, dont Carles Puigdemont, et émis ou réactivé des mandats d’arrêt européens et internationaux contre six dirigeants indépendantistes catalans partis à l’étranger.

Cette infraction est passible de 30 ans de prison.

Le juge a notamment accusé M. Puigdemont d’avoir organisé le référendum d’autodétermination du 1er octobre malgré son interdiction et «le grave risque d’incidents violents».

L’avocat de M. Puigdemont, Jaume Alonso Cuevillas, a précisé sur Twitter que son client avait été interpellé alors qu’il rentrait en Belgique après un séjour en Finlande.

Il s’y était rendu jeudi et vendredi pour y rencontrer des parlementaires et participer à un séminaire à l’université d’Helsinki.

La police finlandaise avait fait savoir samedi qu’elle était prête à l’arrêter. Mais dans la soirée, un député finlandais qui avait organisé sa visite dans le pays, Mikko Karna, a affirmé que le leader indépendantiste avait quitté le territoire dès vendredi soir pour la Belgique.

Carles Puigdemont s’était déjà rendu au Danemark en janvier sans être inquiété, ainsi qu’en Suisse en mars.

Pas de soulèvement violent

Le juge Llarena reproche à l’ancien exécutif catalan d’avoir ignoré «les déclarations répétées d’inconstitutionnalité et de nullité», et évoqué particulièrement une manifestation tendue, dix jours avant le référendum interdit, où des milliers de militants séparatistes ont assiégé pendant plusieurs heures un bâtiment public où la garde civile menait une perquisition.

Le magistrat estime alors que les dirigeants catalans «savaient que ce type d’agissements était indispensable pour mener à bien un référendum interdit par les tribunaux, dont dépendait la déclaration d’indépendance».

Pour autant, le chef d’accusation de «rébellion» est très controversé, car il suppose un «soulèvement violent» qui, selon de nombreux juristes, ne s’est jamais produit.

Vendredi, le magistrat a également envoyé en détention préventive cinq indépendantistes dont Jordi Turull, candidat à la présidence de la Generalitat (exécutif catalan), plongeant encore un peu plus la Catalogne dans l’impasse politique.

Vendredi soir, 37 personnes ont été légèrement blessées dans les rues de Barcelone lors de manifestations contre la décision du magistrat.

Après l’incarcération de M. Turull, le parlement a ajourné la séance de désignation du nouveau chef de l’exécutif. C’est la troisième fois que les indépendantistes, qui disposent de la majorité absolue au parlement, échouent à faire investir un nouveau président pour la Catalogne en raison de décisions de justice, après Carles Puigdemont et l’activiste Jordi Sanchez, incarcéré.

S’ils n’y arrivent pas avant le 22 mai, de nouvelles élections seront automatiquement convoquées. Et tant qu’un président régional ne sera pas désigné, la Catalogne restera sous la tutelle de Madrid, qui a pris cette mesure après la déclaration d’indépendance mort-née du 27 octobre.

Nos dernières videos