BRUXELLES

Pascale Peraïta réclame 280.000 euros pour «licenciement fautif»

Pascale Peraïta réclame 280.000 euros pour «licenciement fautif»

L’ex-présidente du CPAS et directrice du Samusocial digère mal son licenciement. Reporters/QUINET

Pascale Peraïta, l’ancienne directrice du Samusocial, exige des indemnités de licenciement à hauteur de 280.000 euros brut devant le tribunal du travail.

L’affaire sera introduite mardi prochain devant le tribunal du travail de Bruxelles, a confirmé l’avocat de Pascale Peraïta au journal L’Écho. Cette dernière a assigné son ancienne ASBL ainsi que la Cocom (Commission communautaire commune) et exige des indemnités de licenciement pour un contrat de travail courant de 2001 à 2017.

La somme demandée est établie aux alentours de 280.000 euros brut auxquels s’ajoute une prime relative à la protection de congé politique dont Mme Peraïta bénéficiait au sein du CPAS.

Le Samusocial est assigné en tant qu’employeur, alors que Pascale Peraïta estime que la Cocom, depuis juin 2017, a poussé le Samusocial à la licencier. Il s’agirait ainsi d’une procédure rare, au titre de la «tierce complicité», qui pourrait prendre plus d’un an au total.