BRUXELLES

Des activistes épinglent Maggie De Block: «Et si les patients pouvaient décider du système de soins?»

Des activistes du collectif Tom Tom ont mené une action sous les fenêtres du cabinet de Maggie De Block ce mercredi matin. Ceux-ci voulaient mettre en lumière «l’indifférence du gouvernement envers les plus précaires.»

Ce matin à l’aube, le collectif Tom Tom a recouvert l’esplanade de la Tour des Finances d’affiches dénonçant les inégalités du système de santé en Belgique. Devant l’entrée du cabinet de la ministre de la Santé Maggie De Block, des affiches ont été placardées reprenant des témoignages de patientes qui connaissent des difficultés pour se soigner. «De nombreuses mesures de Maggie De Block attaquent l’accès aux soins de santé des patients», s’indignent les membres du collectif.

Tom Tom est un collectif d’activistes qui se sent concerné par la question des soins de santé. «Nous avons vu l’appel de la campagne Tam Tam et nous nous sommes dit qu’il fallait faire quelque chose, précise Dominique, l’un d’entre eux. Nous voulons mettre en avant que la situation est très précaire et qu’il y a des problèmes d’accès aux soins de santé pour beaucoup de personnes. Pour des questions financières, 8% des personnes résidant en Belgique renoncent ou reportent des soins de santé pourtant nécessaires. C’est un énorme problème qui est structurel, mais les dernières mesures de Maggie De Block aggravent encore un peu plus celui-ci.»

Le collectif Tom Tom dénonce le caractère profondément inégalitaire de notre système de santé, et les mesures du gouvernement actuel qui rendent encore plus compliqué l’accès aux soins. «Nous voulons aussi dénoncer l’effet des inégalités sociales sur la santé, ajoute le collectif. Dans une société pourtant aussi développée que la société belge, chez les hommes, l’espérance de vie à 50 ans est de 10 ans inférieure pour les personnes ayant un niveau d’éducation primaire par rapport aux diplômés du supérieur! Et si les patients les plus précaires pouvaient décider du système de soins?»

La police est intervenue à la fin de l’action et a procédé à trois interpellations.