Proximag

Chorale cherche chanteurs

La chorale André Prume Robert Duysinx de Spa cherche des chanteurs. Pas parce qu’elle est risque de disparaître. À plus de 50 ans, 55 ans exactement, le chœur compte toujours une trentaine de chanteurs motivés.

Mais elle ambitionne d’interpréter pour son concert annuel en octobre le célèbre «Requiem de Mozart» et pour ce faire, elle manque d’hommes, de ténors. «C’est le cas de beaucoup de chorales, indique la choriste Marie-Madeleine Leusch. Mais les femmes sont les bienvenues aussi! Tout chanteur rêve une fois dans sa vie de chanter cette œuvre majeure du patrimoine musical. C’est l’occasion. Et on ne demande pas mieux si ces recrues veulent continuer de chanter avec nous après ce grand concert». Marie-Madeleine fait partie de la chorale spadoise depuis 32 ans. Elle ne raterait pour rien au monde une des répétitions les mercredis soir à la salle paroissiale. «Je n’en loupe aucune! J’adore chanter. Après avoir élevé mes 4 enfants, quand j’ai eu 40 ans, j’ai décidé d’étudier le solfège. C’était une façon pour moi de sortir de ma maison et en même temps, j’ai commencé à chanter. Au fil des années, des liens d’amitiés se sont tissés avec les autres alto. On est toutes très copines». Marie-Madeleine a commencé à chanter lorsque Bernard Duysinx a succédé à son père, Robert Duysinx décédé prématurément. Il n’avait alors que 15 ans. «S’il n’avait pas repris la chorale, elle n’existerait plus, souligne Marie-Madeleine. Il est musicien et vraiment un chef de chœur génial. On sent que cela fait partie de lui. Toute sa famille est dans la musique: son grand-père, son père, ses filles… C’est d’ailleurs son grand-père qui a composé la messe en wallon qu’on chante à Magnée à la Sainte-Apolline». Le répertoire de la chorale spadoise ne se résume pas à de grandes œuvres classiques, il s’étend ainsi au wallon mais aussi à la musique profane.