article abonné offert

NAMUR

Pause bien-être dans une vie de réfugié

Pause bien-être dans une vie de réfugié

Manucure, coiffure et maquillage étaient pris en charge par des étudiants volontaires. eda – Jeanne Gabriel

Une quarantainede femmes réfugiées ont reçu une invitation personnelle pour prendre soin d’elles.

Cet article est réservé aux abonnés.
Vous avez lu 41 des 324 mots de cet article.
Abonnez-vous ici pour connaître la suite.
déjà abonné? identifiez-vous ou activez ici votre accès numérique
Mot de passe oublié?

Nos dernières videos