Nouvelle année record pour BMW

Tout roule pour BMW, qui a enregistré l’an passé un bénéfice net de 8,7 milliards d’euros, en hausse de 26% sur un an. Reporters/Photoshot

BMW a annoncé des bénéfices et ventes records en 2017, notamment grâce à une forte demande pour ses SUV.

Le groupe automobile allemand BMW a annoncé ce jeudi des bénéfices et ventes records en 2017, notamment grâce à une forte demande pour ses SUV, et dit vouloir faire encore mieux en 2018.

Le fabricant des BMW et Mini a enregistré l’an passé un bénéfice net de 8,7 milliards d’euros, en hausse de 26% sur un an.

L’entreprise munichoise dépasse ainsi nettement les attentes des analystes interrogés par le fournisseur de services financiers Factset, qui tablaient sur moins de 8 milliards d’euros, malgré de lourds investissements dans la voiture électrique et connectée.

Le spécialiste du haut de gamme se félicite prioritairement d’avoir atteint son objectif de vendre plus de 100.000 véhicules électrifiés (tout électriques ou hybrides) l’an dernier. Il a livré environ 103.000 BMWi, BMWi Performance et Mini électriques, un bond de 66% sur un an.

Plus de 2 millions de véhicules vendus

En tout, le groupe a vendu plus de 2 millions de véhicules à travers le monde, en particulier grâce au succès des 4x4 citadins de sa gamme X.

Pour 2018, BMW pense pouvoir établir un «nouveau record de ventes, légèrement au-dessus de celui de l’année passée», notamment grâce au lancement de nouveaux modèles BMW Z4 et de la BMW 8 Series, affirme son patron, Harald Krüger, cité dans un communiqué.

Géographiquement, tandis que les livraisons de BMW ont grimpé en Asie (+13,6%) et se sont maintenues en Europe (+0,9%), elles ont chuté de 2% aux États-Unis, où l’allemand reconnaît avoir perdu des parts de marché face à la concurrence, alors que les menaces protectionnistes du président américain ciblent régulièrement les constructeurs allemands.

L’électrification des gammes ainsi que la connectivité des voitures occupent une place centrale chez BMW, tout comme chez ses concurrents. Le groupe automobile a ainsi alloué 1 milliard d’euros sur un an pour ses activités de recherche et développement.