NAMUR

Treize personnes ont été contraintes de passer la nuit à l’abri durant la vague de froid

Treize personnes ont été contraintes de passer la nuit à l’abri durant la vague de froid

Illustration ÉdA Philippe Labeye

Entre le 26 février et le 8 mars, treize personnes ont été contraintes par la police de Namur ou par le Dispositif d’Urgence sociale (DUS), de passer la nuit au chaud à l’abri de nuit, à la caserne du génie de Jambes ou à l’hôtel, indique le bilan du dispositif temporaire d’aide sociale transmis par l’Échevinat de la cohésion sociale de Namur.

Suite à la vague de froid annoncée sur toute la Belgique, le bourgmestre de Namur avait ordonné la mise en place exceptionnelle d’un dispositif d’aide sociale contrainte. Ainsi, en journée et en début de soirée, les travailleurs sociaux ont intensifié les maraudes et les rencontres avec les sans-abri, en leur rappelant les risques encourus d’une nuit glaciale.

«Nous constatons que cette sensibilisation et ce travail de proximité ont permis d’augmenter les arrivées volontaires. Des personnes connues de nos services comme désireuses de dormir en rue, peu importe les conditions climatiques, se sont présentées dès l’ouverture de l’abri de nuit. L’ordonnance a ainsi eu des effets positifs permettant une nouvelle accroche avec des personnes», rapporte Stéphanie Scailquin, échevine de la cohésion sociale.

L’ordonnance permettait en outre aux forces de l’ordre de contraindre les personnes réfractaires à passer la nuit dans des abris. Au total, 13 ont finalement été obligées par la police ou par le DUS d’être abritées. Par ailleurs, au total entre le 26 février et le 8 mars, 525 personnes ont été hébergées soit à l’abri de nuit de Namur (250), à la caserne du génie de Jambes (258) où à l’hôtel (27).

Aucun incident n’a été signalé durant cette période et les accueils, de jour comme de nuit, n’ont jamais été saturés.