Tournai

VIDEO : Le fabuleux destin de Miss Djeck, l'éléphante du musée d'histoire naturelle de Tournai

Reconnue officiellement comme "Trésor de la Fédération Wallonie-Bruxelles' depuis l'an dernier, l’éléphante d’Asie du Musée d’histoire naturelle de Tournai a connu un destin hors du commun sous le nom de Miss Djeck. Une histoire dont on ne connaît les détails que depuis peu de temps. Christophe Rémy, conservateur, nous la raconte...

En regardant cet éléphant inerte qui voisine son cousin d’Afrique dans une toute nouvelle scénographie les mettant en valeur au centre du musée d’histoire naturelle de Tournai, on imagine mal le destin à la fois glorieux et tragique qu’il a connu.

Car cet éléphant – ou plutôt cette éléphante – a été une véritable star internationale au XIXe siècle. C’est ce qui lui a permis d’arriver jusqu’à nous, mais c’est aussi ce qui a causé sa perte. Cela, à une époque où de prestigieux zoos se construisaient dans les grandes villes (Paris, Londres…), lesquelles voyaient défiler des vendeurs d’animaux présentant, à force de démonstrations publiques, des spécimens tous plus exotiques les uns que les autres. C’est dans cette mouvance que cette éléphante d’Asie – dont on ignore si elle est née en Inde ou au Sri Lanka – arrive en Europe, à Londres plus précisément, en 1806.

Elle entame alors une tournée internationale qui va notamment la conduire à Paris où, en 1829, elle est achetée par le célèbre Théâtre du cirque olympique qui va, très rapidement, populariser le nom « d’artiste » de l’éléphante : Miss Djeck. Cette dernière est l’héroïne d’une pièce – « Le Roi du Siam » – que le Tout-Paris veut voir. On vient essentiellement pour admirer les prouesses de l’animal. Grâce à son succès, Miss Djeck traversera l’Atlantique pour se produire à New York.

++ Retrouvez d'autres détails et photos sur cette histoire passionnante dans notre édition de l'Avenir/Le Courrier de l'Escaut de ce vendredi 9 mars 2018 ++