Ne dites jamais à Benoît Bourivain, président du comité, que le carnaval est riche. Il s’inscrira en faux face à cette affirmation.