BELGIQUE

Climat tendu autour de l’asile alors que trois dossiers sont en attente

Climat tendu autour de l’asile alors que trois dossiers sont en attente

BELGA/LAURIE DIEFFEMBACQ

Le climat s’est tendu ces dernières heures autour de la politique d’asile. La fronde contre le projet de loi sur les visites domiciliaires se poursuit au parlement bruxellois et a donné lieu à une passe d’armes entre le secrétaire d’État Theo Francken et la présidente de l’Open Vld, Gwendolyn Rutten. À la Chambre, les questions posées en commission au secrétaire d’État ont donné lieu à quelques échanges vifs, avec l’opposition mais aussi le CD&V.

La commission des Affaires générales du parlement bruxellois a approuvé lundi une proposition de résolution par laquelle elle demande au gouvernement fédéral de revoir le projet de loi sur les visites domiciliaires. L’Open Vld fait partie des signataires.

Sur Twitter, M. Francken a accusé les libéraux flamands d’essayer de jouer sur les deux tableaux: en approuvant le projet au gouvernement fédéral et en s’y opposant à Bruxelles. Le ton est monté et Mme Rutten a conseillé au secrétaire d’État N-VA de se calmer et de «respirer», en rappelant qu’il s’agissait d’adapter le texte comme s’y est engagé -dit-elle - le Premier ministre.

«J’ai simplement du mal avec la politique du flip-flop», a répondu M. Francken. Et d’ajouter: «nous résoudrons le problème ensemble».

Le dossier est gelé jusqu’à présent. Lundi, le cabinet du Premier ministre indiquait que les consultations se poursuivaient.

Le gouvernement doit également mettre en œuvre les recommandations du Commissariat Général aux Réfugiés et Apatrides (CGRA) pour garantir l’application de l’article 3 de la Convention européenne des droits de l’homme et éviter qu’une personne refoulée ne fasse l’objet de mauvais traitements après son rapatriement. Le point est toujours en discussion.

Actuellement, 16 ressortissants soudanais sont en centre fermé, 13 sont concernés par une procédure Dublin (soit le renvoi vers le pays par lequel ils sont entrés en Europe) et deux ont demandé l’asile en Belgique. Il en reste donc un qui serait donc concerné par cette procédure «article 3», selon M. Francken. L’engagement avait été pris de renforcer l’examen de l’article 3 pour les non demandeurs d’asile susceptibles d’une expulsion forcée vers un pays tiers posant problème en matière de respect des droits humains.

«Vous n’êtes pas blanchi», ont souligné Benoît Hellings (Écolo), Julie Fernandez-Fernandez (PS) et Olivier Maingain (DéFI), un mois après la publication du rapport du CGRA.

Le ton est parfois monté entre M. Francken et l’opposition, mais aussi avec le CD&V. Dans le cadre d’une autre question concernant l’expulsion d’une famille albanaise, le secrétaire d’État a raillé la «supériorité morale» du député Stefaan Vercamer.

Un troisième dossier attend toujours le gouvernement en matière d’asile: un arrêté doit être pris pour finaliser les unités réservées aux familles dans les centres fermés.

Nos dernières videos