LIÈGE

Ce bâtiment énergivore de 125 ans s’est transformé en vitrine technologique

Le bâtiment de la Haute École de la Province de Liège situé quai Gloesener, à Liège, a fait l’objet d’un gros investissement et d’importants travaux pour réduire ses consommations énergétiques.

La Province de Liège entend réduire de 40% les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030 en investissant dans des projets visant à économiser l’énergie. Les travaux qui ont été exécutés à la Haute École de la Province de Liège (HEPL), dans le cadre du projet européen «Bricker», sont un bel exemple de combinaison innovante de technologies actives et passives en vue de transformer l’un des bâtiments scolaires provinciaux les plus énergivores en une véritable vitrine technologique, a indiqué mardi André Denis, député provincial en charge des travaux.

Le site concerné est celui situé sur le quai Gloesener à Liège, une infrastructure vieille de 125 ans. «Le projet touche l’ensemble des 1 200 étudiants et professeurs qui fréquentent le site au quotidien et améliore le confort global de l’école, de la classe banalisée aux laboratoires de chimie, biochimie, d’électrotechnique et d’informatique en passant par les locaux de travaux pratiques kiné», se réjouit Muriel Brodure-Willain, députée provinciale en charge de l’enseignement.

L’investissement s’élève à 3,3 millions d’euros, dont 954 120 euros subsidiés par l’Europe et 108 521 euros par la Wallonie, le solde étant financé par la Province de Liège. Les travaux ont porté sur le remplacement de la façade principale (700 m2) et des châssis (1,500 m2) et l’isolation des 1 700 m² de toiture. De plus, une chaudière biomasse (chaudière à pellets), couplée à un système de cogénération, a été installée. Cela permet de chauffer l’école et de l’alimenter en partie en électricité. Une ventilation mécanique décentralisée, placée au-dessus des nouveaux châssis des fenêtres, ainsi qu’une isolation thermique à inertie variable, à base de nano-PCM, ont également été mises en œuvre.

«Ainsi, 50% du bâtiment ont été rénovés. Des résultats sont déjà mesurables puisque les dépenses en chauffage pour l’ensemble du bâtiment ont diminué de 13,5%, ce qui représente un gain de 35 000 euros. Dans les parties rénovées, l’économie monte jusqu’à 50% de la consommation énergétique», souligne André Denis.

Bricker est un projet financé par le 7e programme-cadre de la Commission Européenne, plus spécialement via l’axe «rénovation énergétique de bâtiments publics au moyen de technologies innovantes». Avec un bâtiment administratif en Espagne et un hôpital en Turquie, ce site de la Haute École de la Province de Liège constitue l’un des trois «immeubles test» du projet Bricker.