La victoire d’un cinéma militant

Robin Campillo et son équipe ont squatté la scène de la salle Pleyel au cours d’une cérémonie un peu molle. AFP

«120 battements par minute» n’était peut-être pas le meilleur film, mais il a (presque) tout raflé, poussé dans le dos par la cause qu’il défend.