LITTÉRATURE

Le livre «On a chopé la puberté» suscite la polémique: l’éditeur se défend de tout sexisme

Le livre «On a chopé la puberté» suscite la polémique: l’éditeur se défend de tout sexisme

-

Plusieurs pages du bouquin «On a chopé la puberté» ont été épinglées sur les réseaux sociaux. Jugé sexiste par certains, le livre ne veut pourtant que «dédramatiser» l’adolescence, se défend l’éditeur.

«Tiens-toi hyper-droite pour faire paraître tes seins plus gros». «Tu as enfin le droit de porter du fard à paupières, du gloss, voire du mascara». «Tes pieds ont grandi […] tu peux piquer à ta mère ses boots à talons». «Les gros lolos attirent aussi les gros lourds».

Quelques extraits du livre «On a chopé la puberté», publié fin février par les Éditions Milan, ont été épinglés par les internautes pour leurs caractères sexistes, remplis de clichés et poussant à une hypersexualisation des jeunes adolescentes.

Un message qui passe mal après les nombreux scandales d’agressions sexuelles et les témoignages sur la condition féminine, qui veulent aider à redéfinir et à renforcer le respect des femmes dans la société actuelle.

Les commentaires indignés se multiplient sur la page Facebook de l’éditeur, où l’on navigue entre colère et dégoût.

L’éditeur français, spécialisé dans les livres jeunesse, a tenu à réagir à la polémique qui enfle, se défendant de toutes mauvaises intentions.

Dans un communiqué, il est précisé qu’il s’agit «d’un ouvrage documentaire au ton volontairement décalé et humoristique destiné à dédramatiser une période souvent difficile à vivre à l’adolescence.»

«La puberté, c’est un phénomène naturel, et les 4 copines déjantées reprises dans notre collection livrent ici leurs conseils pour aborder et vivre sans stress et avec humour cette période délicate qu’est la puberté féminine. C’est un livre avec un message positif: “tout va bien se passer”. Il faut le lire en entier pour en comprendre le message», précise encore l’éditeur.

«Milan est, depuis toujours, engagé aux côtés des filles et des garçons, pour les accompagner dans leur découverte du monde, sans dogmes ni prédicats, à hauteur d’enfants et d’adolescents qui ont le droit de se poser toutes les questions qu’ils souhaitent.»

Une défense qui n’a pas convaincu tous les internautes.