En tant que tel, le projet de décret qui réorganise le Groupe TEC n’intègre pas le point sensible (idem pour le rail, lire en page 9) du dossier: le service minimum en cas de grève.