TÉLÉVISION

Sexisme sur RTL-TVI: «Chasseurs d’appart’» poursuivi par le CSA

Une des émissions présentées par Stéphane Plaza et diffusées sur RTL-TVI a été épinglée par le Conseil supérieur de l’audiovisuel en raison de propos jugés sexistes. La chaîne privée devra s’expliquer à ce sujet dans les prochains jours.

Trois mois après avoir ouvert une instruction contre RTL-TVI à propos d’un des épisodes de «Chasseurs d’appart’», l’émission à succès diffusée sur la chaîne privée, le CSA annonce vouloir entendre RTL Belgium concernant les propos sexistes qui y ont notamment été tenus par le présentateur et les participants.

Selon le CSA, l’épisode en question, qui a été diffusé sur RTL-TVI le 14 octobre 2017 vers 21h, «pose question au regard du respect de l’égalité entre les femmes et les hommes». Ce qui, depuis 2016, est contraire à la législation en matière d’audiovisuel de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Suivant notamment l’avis de l’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes (IEFH) et s’appuyant également sur de nombreux passages problématiques du programme (»des propos et attitudes de l’animateur (qui) se montre nu sous un tablier devant les participantes uniquement, des remarques des concurrents masculins, des commentaires de la voix off souvent accompagnés de montages visuels et sonores qui les appuient»), le Conseil supérieur de l’audiovisuel estime que l’émission véhicule bel et bien «des stéréotypes sexistes de manière grave et objective les femmes en les réduisant à leur dimension.» D’où sa volonté d’entendre prochainement «l’éditeur dans le cadre d’une audition publique».

Une décision finale sur ce dossier sera prise après que RTL Belgium ait présenté ses arguments.

Reste que RTL-TVI ne donnera pas suite à cette demande. Elle estime en effet être sous l’autorité de l’ALIA, Autorité luxembourgeoise indépendante de l’audiovisuel.

Pour rappel, l’éditeur radio d’une réclame de Lidl jugée sexiste a récemment «été condamné car la publicité véhiculait de manière grave des stéréotypes sexistes et, partant, contrevenait au respect de l’égalité entre les femmes et les hommes.»