La grève n’a pas alourdi l’heure de pointe

Photo News

La grève menée par la CGSP dans le cadre de la réforme des pensions voulue par le gouvernement fédéral n’a pas provoqué d’anormales files à l’heure de pointe.

«Il y a bien entendu du trafic sur les routes et toutes les files structurelles sont présentes, surtout sur les rings d’Anvers et de Bruxelles, dans les deux sens», précise le centre flamand du trafic.

A 17 h, on enregistrait environ 130 kilomètres de files, sensiblement la même longueur qu’à l’habitude. Une heure plus tard, les bouchons étaient longs de 156 kilomètres sur les routes principales en Flandre, toujours rien d’exceptionnel. Le centre de Bruxelles était par contre à éviter.

 

 

Les transports publics ont, eux, accusé des embarras toute la journée.

En Flandre, les lignes desservies par De Lijn étaient presque toutes opérationnelles en provinces de Flandre occidentale, Limbourg et Brabant flamand. Les embarras étaient surtout concentrés sur le tram de la Côte, la province d’Anvers, les villes de Gand, Alost et Saint-Nicolas.

À la Stib, la situation restait inchangée en fin d’après-midi avec trois lignes de métro en circulation: 1,2 et 5. Par ailleurs, six liaisons de tram traversaient la Région (3, 4, 7, 82, 92 et 94) et huit lignes de bus (21, 29, 34, 66, 71, 87, 95 et T-bus 94).

Sur le rail, peu de changements également, selon le porte-parole Bart Crols. En Flandre, deux trains sur trois étaient sur les voies, pour un peu moins de la moitié en Wallonie.