NAMUR

Namur inaugure son commissariat en compagnie de Charles Michel… et des syndicalistes

Le commissariat namurois s’agrandit. Le bourgmestre a invité pour l’inauguration le ministre-président et le Premier ministre. Un comité d’accueil de syndicalistes de la Setca était également au rendez-vous.

La rénovation du commissariat de police de Namur situé place du Théâtre a permis d’augmenter la surface de près 700 mètres carrés, passant ainsi de 2.600 à 3.280 mètres carrés, a indiqué l’échevin namurois du patrimoine, Tanguy Auspert lors de l’inauguration du commissariat mardi midi, au palais des Congrès de Namur, en présence du Premier ministre Charles Michel, du ministre-président du gouvernement wallon, Willy Borsus et du bourgmestre de Namur, Maxime Prévot.

Depuis une rénovation partielle dans les années nonante, plus aucun investissement n’avait été dédié à de quelconques rénovations au sein du commissariat de police «Théâtre». Le bâtiment ne répondait plus aux normes incendies, présentait un état de délabrement général, des locaux exigus, des salles de détention inadaptées ainsi qu’un accueil «controversé» tant par son manque de confidentialité que par son manque de place. «L’une des principales réflexions était notamment l’organisation intérieure afin de gagner un maximum de place», a expliqué l’échevin en annonçant que, à la suite des rénovations, le bâtiment a gagné près de 700 mètres carrés de surface. Représentant un budget total d’environ 6,5 millions d’euros, le chantier a notamment permis la rénovation de l’accueil, la création de bureaux de confidentialité pour tous les services, la création d’un centre de crise, d’une salle de briefing pour Police Secours ou encore la mise aux normes en matière d’incendie ainsi qu’un bâtiment entièrement accessible aux PMR. Trois entrées séparées (public, personnel et les cellules) ont également été créées pour rationaliser les flux. «L’outil est désormais efficace, pertinent et adapté aux besoins de nos agents et des habitants», a commenté le bourgmestre de Namur, Maxime Prévot.

Par ailleurs, en raison de la hausse du niveau d’alerte OCAM et par mesure de sécurité, la zone de police avait également sollicité une mise en conformité du nouveau commissariat face à la menace terroriste. Cela impliquait notamment, la mise en place de vitres feuilletées anti-balles, de châssis en acier, de cloisons épaisses, etc. «Je sais à quel point disposer d’infrastructures qui soient à la hauteur de l’ambition pour celles et ceux qui travaillent au quotidien à la sécurité est important», a déclaré Charles Michel lors de son discours tout en rappelant que la sécurité était «la première des libertés».

Un premier cahier des charges avait été établi en 2010 puis revu par la suite avant finalement d’attribuer le marché à l’entreprise namuroise Dherte-Istasse, fin décembre 2014 et d’entamer les premiers travaux à l’été 2015. Les enjeux durant le chantier ont été multiples, dont assurer la continuité du service à la population, garantir la sécurité du personnel ou encore limiter au maximum l’inconfort du personnel et du personnel durant les travaux. Environ 200 membres du personnel de la police de Namur ont intégré les nouveaux locaux, parmi lesquels Police Secours, le Service d’Enquêtes et Recherches (SER) ainsi que la Direction de l’Information et des Opérations (DIO).