COMMENTAIRE

Un fish stick

Un fish stick

Eda

On a beau dire que le football est un sport d’hiver, franchement, on a quand même un doute. Il suffisait de voir Éric Kerstenne, l’entraîneur de Wanze/Bas-Oha, dimanche, après le match à Dison: il était complètement surgelé.

On peut se demander si c’est bien naturel de laisser comme ça des gens sur le banc de touche (dans l’ombre en plus à Dison) pendant une heure et demie sans bouger. Et encore, lui, il a eu le bonheur de voir son équipe bien jouer, marquer des buts et lui réchauffer le cœur! (ce qui ne fut pas le cas de son vis-à-vis Philippe Derwa) Mais on imagine un match insipide, inodore, incolore.

Il devenait un «fish stick», Kèkè!

À propos de fish stick: des joueurs qu’il faut congeler pour les maintenir en l’état, ce sont les Fréson, Mercenier et Rovny, ces valeurs sûres du foot bas-ohatois. On les congèle, et dans dix ans ils sont toujours là, à brillamment défendre, à gagner la bataille du milieu ou à semer le danger devant. Quel match encore ce dimanche! Et si on était les dirigeants de Bas-Oha, celui qu’on congèlerait encore plus que les autres, c’est Thomas Rovny. Pour ne pas qu’il aille à Fize rejoindre son frère comme on l’entend. Dit autrement: pour en faire un fish stick au lieu d’un Fize stick.

Nos dernières videos