Proximag

L’élégance et l’excentricité

L’élégance et l’excentricité

ÉdA – 4072541993

Âgé d’à peine 24 ans, Roman Vandycke n’est, à coup sûr, plus un novice dans le monde du stylisme. Spécialisé dans la confection de robes, plus d’une miss a déjà revêtu ses réalisations qui, à l’instar du travail de Jean-Paul Gaultier, mélangent subtilement folie et raffinement.

«Ça m’a pris comme ça, un matin. Je lui ai envoyé une synthèse de mon travail, mais je ne m’attendais pas à recevoir une réponse!» Couché sur du papier à lettre que Roman Vandycke a pris soin d’encadrer, un message d’encouragement de la Reine Mathilde lui rappelle quotidiennement que, du haut de ses 24 ans, un sacré bout de chemin a déjà été réalisé. La passion du Soréen: le stylisme et, plus particulièrement, la confection de robes. «J’ai étudié deux années à Hélmo, à Liège, mais je trouvais la formation trop subjective. C’est la rencontre avec Filip Vanden Berghe, rédacteur en chef de Missitems.be, qui m’a poussé à travailler sur ma première grosse réalisation.» En l’espèce: la tenue de la challengeuse belge pour le concours Miss Héritage 2016, dont le jury était présidé par la veuve de Nelson Mandela. «J’ai aussi eu la chance de travailler pour le traditionnel Shooting de Saint-Valentin de Missitems.be. En 2017, j’ai créé une robe constituée de 14 kg de bonbons! Pour l’édition 2018, j’ai dû coudre 20 000 pétales de rose en tissus.» Fan de Jean-Paul Gaultier, Roman en retient surtout le glamour épuré, mélange de folie et d’élégance, qu’il distille dans son propre travail. On le retrouve dans les 13 paires d’ailes confectionnées pour la cérémonie de Miss Belgique ou dans le costume qu’il tailla à la représentante des Pays-Bas au concours Miss Monde. La suite? «On verra bien. Tant que ça me procure du plaisir, je suis preneur!»