JO 2018

Bart Swings décroche l’argent au départ groupé: la fin de 20 ans sans médaille belge!

Bart Swings décroche l’argent au départ groupé: la fin de 20 ans sans médaille belge!

La darnière médaille belge aux JO d’hiver datait de 1988! BELGA

Swings offre à la Belgique sa 6e médaille de l’histoire aux JO d’hiver. La dernière médaille belge avait été remportée par un autre patineur de vitesse le Belge d’origine néerlandaise Bart Veldkamp, médaille de bronze sur 5.000 m à Nagano au Japon en 1998.

La Belgique a mis fin de vingt ans d’attente aux Jeux Olympiques d’hiver. Bart Swings a remporté la médaille d’argent de l’épreuve ‘départ groupé’ (mass start) de patinage de vitesse des Jeux Olympiques de Pyeongchang. Samedi soir sur l’Ovale de Gangneung, le dernier Belge en action dans cette 23e édition des JO d’hiver a pris une magnifique 2e place en finale derrière le Sud-Coréen Seung-Hoon Lee. La médaille de bronze est revenue au Néerlandais Koen Verweij.

Le Louvaniste de 27 ans, qui avait effectué un minimum d’efforts moins d’une heure auparavant en demi-finale, a disputé une finale très intelligente. S’il a rapidement occupé le devant la course, sans toutefois mener, il a laissé les audacieux se disputer les points inutiles (en finale) lors des sprints intermédaires.

Lorsque le peloton a repris les deux derniers attaquants, le Danois Thorup et le Suisse Wenger, sous l’impulsion du Sud-Coréen Jeawon Chung, Swings a accéléré pour occuper la 2e place à 600 mètres de la ligne. À la sortie de l’ultime virage, le Belge était à la lutte avec Lee tandis que Verweij devait se contenter de la 3e place. Tous les autres étaient battus. Sur la ligne, Swings était devancé mais entrait grâce à sa médaille d’argent dans l’histoire de l’olympisme belge.

Un seul sacre olympique

Seul le couple de patinage artistique Micheline Lannoy et Pierre Baugniet ont fait mieux que lui lors d’olympiades hivernales. Ils avaient été sacrés champions olympiques en 1948 à Saint-Moritz. La même année le bob à quatre de Max Houben, Freddy Mansfeld, Louis-Georges Niels et Jacques Mouvet avait gagné la médaille d’argent. Les trois autres médailles belges aux JO d’hiver étaient en bronze (bobsleigh à quatre avec Charles Mulder, René Mortiaux, Paul Vanden Broeck, Victor Verschueren et Henri Willems en 1924; Robert Van Zeebroeck en patinage artistique messieurs en 1928 et Veldkamp en 1988).

L’épreuve de départ groupé (sur seize tours) était disputée pour la première fois aux Jeux Olympiques. Bart Swings avait déjà été le meilleur des 22 athlètes belges présents à Pyeongchang. Il avait remporté trois diplômes olympiques grâce à ses 6es places dans le 5.000 et 1.500 mètres et sa 89e place dans le 10.000 mètres.

Son coach n’a jamais douté de lui

Jelle Spruyt a vu Bart Swings obtenir la médaille d’argent samedi aux Jeux Olympiques d’hiver lors du départ groupé. Il a trouvé que son élève a fait une course sage.

«Ce fut une course lente, il n’y avait pas grand chose à expérimenter», explique Spruyt. «Trois hommes ont pris les devants, les Pays-Bas et la Corée ont gardé l’écart. Sven (Kramer, ndlr) a placé une attaque à trois tours de l’arrivée, pour sortir les Coréens de leur confort. Bart a surgi au bon moment, les autres ont suivi. Il a peut être placé son accélération trop tôt mais s’il l’avait fait plus tard, il aurait peut être été rattrapé. C’était beaucoup plus sûr. À la fin, il était encore solide, mais oui, la deuxième place est belle évidemment», dit le coach de Swings.

Bart Swings a connu des débuts difficiles au cours de l’année olympique, mais Spruyt n’a jamais douté de son patineur. «Certainement pas», insiste-t-il. «La dernière Coupe du monde à Salt Lake City (mi-décembre, ndlr) s’est beaucoup mieux passée. Il a obtenu un podium lors du départ groupé. Après le Nouvel An et le stage au Portugal, il a également bien patiné. Une préparation sans complication aurait été parfaite mais la plupart des athlètes rencontrent des problèmes. Chez nous, c’est le genou qui a posé des soucis.»

Jelle Spruyt trouve «chouette» ce qui s’est passé mais il reste ambitieux. «J’aurais aimé accomplir quelque chose sur les autres distances. Ce sera pour dans quatre ans.» En 2022, les Jeux d’hiver auront lieu à Pékin.

Spruyt et Swings forment un duo depuis quelques années. Cette coopération est maintenant couronnée d’argent olympique. «Ce qui m’a traversé l’esprit quand il a obtenu l’argent? Pas grand-chose», rigole le coach. «Nous sommes déjà habitués. Ce sont les Jeux Olympiques donc ça rend les choses différentes évidemment. Mais ce n’était pas si terrible, je pensais que ça ferait plus.»