MARATHON DE NAMUR

Tout sur le marathon de Namur

Tout sur le marathon de Namur

Sans surprise, le tracé du marathon de Namur est on ne peut plus plat. -

Le 22 avril, Namur accueillera la toute première édition de son marathon, un événement attendu par de nombreux coureurs.

Ne dites pas marathon de Namur, mais marathon et semi-marathon international de Namur. C’est en grande pompe que le bourgmestre, Maxime Prévot, l’échevin des Sports, Baudoin Sohier, et l’ASBL Namur Events, bref toutes les chevilles ouvrières de l’événement, ont reçu les journalistes, pleins d’enthousiasme et d’espérances. En effet, s’il n’en est qu’à sa première édition, l’envie est clairement de le faire perdurer dans le temps. «Nous espérons qu’il sera toujours organisé dans vingt ou trente ans», rigolait Nicolas Bonomi, le président de l’ASBL Namur-Events, à la tête de l’organisation.

Le moins de dénivelé possible

Et si l’événement se veut le plus professionnel possible, il se veut également international, mais pour ça, il faut attendre quelques années et l’homologation de la part de la fédération. C’est d’ailleurs pour cette raison que l’ASBL organisatrice a choisi un parcours, en collaboration avec la police de Namur, le plus plat possible. «Le but était de laisser le centre-ville et les parkings accessibles. Nous n’empruntons pas la citadelle, pour ne pas dépasser les 120 mètres de dénivelé positif. Le départ sera donné à l’avenue Gouverneur Bovesse, en direction de la rue Mazy. Les coureurs emprunteront ensuite les quais de Meuse, avant de revenir vers le centre-ville, la rue de Bruxelles et la rue Pépin. Ils prendront ensuite le pont des Ardennes, avant de passer une première fois à proximité de la ligne d’arrivée, et de repartir vers le gouvernement wallon, le quartier du parc d’Amée, la route de Dave, le pont de Wépion, la promenade de Meuse jusqu’à la Capitainerie, où une passerelle flottante leur permettra de repasser sur l’autre rive en direction de l’arrivée», ajoute Nicolas Bonomi.

Ce parcours, long de 42,195 kilomètres, permettra donc la découverte de la confluence et du patrimoine, avec pas moins de huit ravitaillements qui seront proposés, soit un tous les 5 kilomètres environ. Ils courront également au rythme des groupes de musiques et de danse prévus pour dynamiser l’épreuve. À l’arrivée, ils pourront profiter d’un véritable festin et de petits plats cuisinés par des traiteurs. Les semi-marathoniens auront un parcours d’un tout petit peu plus de 21 kilomètres à se mettre sous la dent. «Le tracé aura 85 mètres de dénivelé positif, avec cinq ravitaillements, dont le ravito d’arrivée. Le parcours sera le même, hormis qu’ils ne partiront pas vers Andenne, mais directement vers Wépion», poursuit le président de l’ASBL.

L’écologie, mot d’ordre

L’événement se voudra également écoresponsable et inscrit dans une démarche écologique et de développement durable. «Nous privilégierons les gobelets réutilisables sur les ravitaillements, les réserves d’eau et non les bouteilles et la récupération intégrale des déchets. À ce niveau, nous serons d’ailleurs intransigeants avec les participants. S’ils sont pris la main dans le sac, ils seront disqualifiés», termine Nicolas Bonomi.