SANTÉ

Concerts et festivals: les normes de bruit seront aussi renforcées en Wallonie

Concerts et festivals: les normes de bruit seront aussi renforcées en Wallonie

REPORTERS

Après la Flandre et Bruxelles, la Wallonie s’apprête elle aussi à adopter des mesures de protection contre le son amplifié dans les salles de concert, les festivals, etc., pour prémunir le public d’un risque de lésion auditive irréversible.

«Ce risque est devenu une réalité à la suite de l’évolution des habitudes d’écoute (volume plus élevé) et de l’univers musical ambiant (beaucoup plus de basses fréquences)», souligne le ministre wallon de l’Environnement - et fondateur du Festival de Dour -, Carlo Di Antonio.

Ces mesures de protection, adoptées jeudi en première lecture, sont similaires à celles qui sont entrées en vigueur ce mercredi à Bruxelles et à celles en vigueur depuis 2012 en Flandre.

La règle générale prévoit que tous les établissements ouverts au public, y compris les événements plein air ou temporaires, peuvent diffuser du son amplifié sans condition particulière pour autant qu’ils ne dépassent pas un niveau maximum de 85 décibels A. Ces événements ou lieux devront indiquer à leur public qu’ils respectent ce seuil.

Deux exceptions permettront des volumes de 95 dB(A) et de 100 dB(A), mais elles seront assorties de conditions d’information et de protection du public, dont la mise à disposition de protection auditive - type bouchon d’oreilles - pour les plus hautes intensités. Elles concernent des établissements comme des cafés dansants, des cafés spectacles, des salles de concert ou des discothèques.

Dans tous les cas, le niveau sonore moyen doit rester impérativement inférieur à 100 dB(A), seuil au-delà duquel les risques de perte d’audition sont réels, selon un communiqué du ministre cdH.

Cette législation, qui n’entrera en vigueur qu’après l’adoption du décret au parlement wallon, s’appliquera à toutes les activités ouvertes au public et diffusant du son amplifié. Ces activités peuvent se dérouler en plein air ou non, sur la voirie ou sur un domaine privé. Leur accès peut être payant ou gratuit. Exemples: salle, café, bar, restaurant, festival, snack, salle de sport, magasin, grande surface, centre culturel, salle de concert, discothèque, etc.

Les habitations, leurs dépendances et jardins, et, en général, tous les endroits non accessibles au public sont eux considérés comme des établissements privés et ne sont pas concernés par la législation son amplifié.