TOURNAI

La CSC milite dans l’horeca contre les «flexi-jobs»

La CSC milite dans l’horeca contre les «flexi-jobs»

Photo d’illustration BELGA

Dans le cadre de sa campagne wallonne baptisée «Ça n’va nin!», le syndicat chrétien CSC a mené mercredi midi une action de sensibilisation auprès des tenanciers de l’horeca à Tournai. La CSC refuse l’extension des «flexi-jobs».

Depuis 11h00 mercredi, une quinzaine de militants de la CSC du Hainaut occidental mènent une action à Tournai pour inciter les tenanciers d’établissements horeca à ne pas recourir aux flexi-jobs.

«Nous sommes allés à la rencontre des patrons de bars, cafés et restaurants afin de leur expliquer notre action qui vise à refuser les flexi-jobs, ce que nous appelons des ‘flexi-machins’. On explique aux tenanciers qu’il s’agit d’emplois précaires, avec des salaires au rabais ce qui en soi représente une menace pour les véritables emplois. De surcroît, ces travailleurs n’ont aucune sécurité sociale. Nous n’avons rencontré qu’un seul patron qui employait une personne en flexi-job», explique Célestine Bocquet, permanente des travailleurs sans emploi de la CSC Hainaut Occidental.

«Nos militants proposent au responsable de l’établissement de placer à sa vitrine un autocollant, un label ‘Certifié sans flexi-job’. On remet aussi un tract explicatif afin qu’à son tour, il puisse expliquer sa démarche. Nous constatons que, jusqu’à présent, ces statuts ne sont que peu utilisés en Wallonie. Nous souhaitons dès lors encourager les patrons dans cette voie», poursuit-elle.

Vers 11h15, les militants ont entrepris de visiter les établissements de la Grand-Place de Tournai.» On a choisi cette horaire afin de ne pas perturber le service et le rush du midi», précise encore la permanente.

Une action similaire sera menée le mercredi 28 février, dès 10h30, à Ath.


Nos dernières videos