MOUSCRON

L’étonnant écrin CIX transfigure le MIM

Charlotte Ingelbrecht et sa maman reçoivent particuliers et pros à l’entrée de la Ville. Le tandem féminin fait la part belle à l’art de la table.

Du fromage AOP à l’huile d’olive, du saumon fumé maison aux brochettes, du vin d’un petit producteur aux charcuteries italiennes… Le panel est large au Marché International Mouscronnois. La diversification des produits à destination des professionnels comme des particuliers gagne à toujours être un peu plus connue. Ses atouts ne manquent pas: facilité d’accès, aisance du parking, relation directe sans passer par une armada d’intermédiaires… On en passe et des meilleures.

Depuis le début du mois, CIX permet au paquebot de la drève André Dujardin d’affirmer plus encore son pouvoir d’attraction par l’élargissement de son spectre commercial. Il a fallu nous pincer en découvrant le lieu qui n’était jadis qu’une coque grise de béton et qui est aujourd’hui un incroyable showroom aux allures contemporaines. «On a travaillé pour obtenir ce résultat! On savait ce que nous voulions: un showroom aéré au style industriel incluant des matières naturelles. On voulait profiter du béton tout en y associant du bois et du métal» résume Charlotte Ingelbrecht à l’accueil avec sa maman Nathalie et qui a tout le soutien de son papa, Xavier Ingelbrecht aux commandes de l’estimée Chaumière de l’E3. Un clin d’œil que la demoiselle a tenu à inclure dans le nom de son vaste espace, CIX étant les initiales de Charlotte Ingelbrecht Xavier.

Pourquoi ça et pourquoi là?

Cet écrin ouvert tous les jours de la semaine jusqu’au samedi midi est la combinaison de deux centres d’intérêt majeurs pour Charlotte. «J’adore l’horeca mais le rythme de vie n’est pas toujours évident. Par ailleurs, j’aime l’art depuis toute petite. J’ai fait les Beaux-Arts et j’ai pu acquérir une belle expérience en décoration, en ayant travaillé chez Slots. Ce magasin en est aujourd’hui la combinaison des deux.»

La sélection d’objets de convoitises passe par de la vaisselle sortant des carcans habituels mais aussi par de jolis verres, de belles coupelles pour égayer l’apéritif, de la décoration de table, des bougies, des sets de table, des tabliers en cuir… et même la fameuse machine à trancher le jambon similaire à celle que l’on trouve à l’E3 ! «Je ne propose que des éléments que j’aime tout en souhaitant me démarquer.» Un commerce où l’on vous suggère en effet des coups de cœur plutôt que de rentrer dans de pseudos moules d’une mode qui, par essence, n’est qu’éphémère. Le tout est exposé de manière théâtralisée pour mieux vous projeter…

Ce lieu, la famille Ingelbrecht ne cache pas qu’elle songeait stratégiquement l’ouvrir de l’autre côté de la frontière linguistique. Dans un premier temps seulement! Car une étude de marché lui a fait comprendre qu’elle avait tout intérêt à rester en Wallonie picarde. «On nous a informés que le type de magasin que nous lancions, on en trouvait déjà sur une ligne droite reliant Courtrai à Anvers en passant par Gand. Il n’y a rien par contre dans le Hainaut au point que même le Tournaisis et le Nord de la France se rendent en Flandre. Notre situation en Wallonie nous permet ainsi de proposer quelques exclusivités… tout en restant chez nous» sourit Xavier. Et parce que l’essor d’un commerce ne peut plus se passer de l’ère Internet, le lieu prolonge déjà la mise à l’honneur de la table sur le web avec www.cix-artdelatable.com. «Je peux aussi me déplacer pour présenter ma gamme à l’horeca. C’est un service en plus qui me semble important.»