BRUXELLES

«Un Brusseleir, Un Vote!»: un collectif veut que les 310.000 étrangers de Bruxelles votent aux Régionales

«Un Brusseleir, Un Vote!»: un collectif veut que les 310.000 étrangers de Bruxelles votent aux Régionales

Le collectif «Un Brusseleir Un Vote!» milite pour que chaque habitant de Bruxelles puisse se prononcer aux élections régionales. Ce, dès 2019. « Un Brusseleir Un Vote! »

Près d’un tiers des Bruxellois en âge de voter aux Régionales... ne le peuvent pas. Pourquoi? Parce qu’ils sont étrangers. Le collectif «Un Brusseleir Un Vote!» milite pour inviter ces habitants de la Ville-Région au débat démocratique. D’ici le 26 mai 2019.

1 Bruxellois sur 3 en âge de voter... ne le peut pas! Soit 310.000 personnes. Eh oui, dans cette ville multiculturelle, qui revendique son statut de capitale européenne mais aussi de métropole métissée, un tiers des habitants qui prennent le métro, mangent, vont à l’école, sortent leur poubelle ou sortent au concert ou picolent en terrassent n’ont aucun impact sur la vie politique.

C’est en tout cas le point de vue défendu par le collectif « Un Brusseleir Un Vote! », qui vient de lancer une pétition assortie d’un manifeste (lire ci-dessous), très relayé sur les réseaux sociaux.

Ceux-ci qualifient les 220.000 citoyens de l’UE et les 90.000 citoyens venus d’ailleurs et établis à Bruxelles comme des «citoyens de seconde zone». Ils sont en effet «exclus du processus démocratique». à ce titre, selon le collectif, de nombreuses matières les concernant se décident sans leur impact: mobilité et transports publics, urbanisme et patrimoine, parcs, déchets, infrastructures et travaux publics, pollution, développement durable, allocs familiales et éducation ou budget.

Les communales: «insuffisant»

Le collectif pétitionnaire, qui s’est lancé avec un panel d’une centaine de signataires de toutes origines, reconnaît que les étrangers peuvent déjà voter aux Communales. Ce qu’ils jugent «insuffisant». «Car ce droit de vote est fragmenté entre les 19 communes. Ce alors que c’est au niveau de la Région de Bruxelles-Capitale que la vie des Bruxellois s’organise vraiment, et que les politiques publiques et les décisions importantes sont prises».

Aussi, le millier de signataires au 8 février souhaite que ces 35% de Bruxellois exclus soient invités au débat démocratique. «Commençons ce débat avec les élections communales du 14 octobre 2018, où nous travaillons déjà pour que les non-Belges s’inscrivent pour voter. Puis pour les élections régionales de 2019, afin de discuter ensemble de l’avenir de cette ville-Région de 1.190.000 Bruxellois», plaide «Un Brusseleir Un Vote!»

Tout ça ne s’improvise pas. Première demande dès lors: «que le Gouvernement de Charles Michel et les Parlementaires belges déposent dans les plus brefs délais un projet de loi à la Chambre pour accorder le droit de vote à tous les résidents de la Région Bruxelles-Capitale pour les élections régionales du 26 mai 2019».


Nos dernières videos