S’il est une troupe qui se démarque des autres, c’est bien l’Atelier de l’Académie des Patois gaumais. Comme son nom l’indique, c’est dans notre dialecte local que l’Atelier se produit depuis de nombreuses années déjà.

Une des seules dans notre région. «Tout a commencé par l’Académie des Patois Gaumais, créée par Jacky Clausse et Roger Moreau. Plusieurs membres ont ensuite créé l’Atelier avec pour objectif d’apprendre à parler le patois gaumais». Aujourd’hui, la troupe rassemble une quinzaine de membres, techniciens compris, âgés de 25 à 70 ans. «Ce qui nous rassemble c’est la passion pour le patois gaumais». Même si le nombre de membres reste stable depuis quelques années, l’Atelier aimerait rajeunir. «Avoir des membres jeunes, ce serait bien. Mais de moins en moins de jeunes sont intéressés par le patois». Depuis une dizaine d’années maintenant, la troupe de l’Atelier présente son traditionnel cabaret. «Nous avons été invités à présenter, lors d’un souper, les textes travaillés durant nos réunions. On s’est dit Pourquoi ne pas faire un spectacle? On a lancé notre premier cabaret en 2004 avec un mélange de chants, sketches, textes et de blagues. Le spectacle est pour nous un moyen de pratiquer le patois gaumais. Avant nous allions jouer dans 5-6 villages mais c’était compliqué. Maintenant nous jouons deux fois sur la Vallée du Ton et deux fois sur la Vallée de la Semois». Un cabaret qui rencontre toujours autant de succès. «Il n’y a pas beaucoup de pièces en patois. Notre problème, c’est d’en trouver qui n’ont pas encore été jouées. Notre pièce actuelle est traduite du wallon». Pour la première fois, l’Atelier de l’Académie des Patois Gaumais propose une traduction simultanée en français sur écrans de son spectacle. «De moins en moins de personnes parlent le patois donc ça leur permet de suivre le spectacle».