TÉLÉVISION

Décès de Luc Beyer: toujours un mot à dire

Décès de Luc Beyer: toujours un mot à dire

Un francophone de Flandre, journaliste, homme politique, puis auteur. REPORTERS

Luc Beyer de Rycke est décédé à Paris. Ce francophone de Flandre a été homme de télévision, politique, puis auteur de livres.

Décédé ce jeudi à l’âge de 84 ans, il avait quitté les écrans de la RTBF il y a près de quarante ans, en 1979, après y avoir présenté le journal télévisé pendant dix-huit ans. Personne, ni à l’époque, ni depuis lors, n’a égalé son français pincé, qu’on pouvait attribuer soit à ses origines nobles – le véritable nom de Luc Beyer était Luc Beyer de Rycke – soit à sa qualité de francophone de Flandre. Un français qu’il ne cessera de pratiquer, de la télévision aux enceintes politiques, puis aux missions d’édition.

Luc Beyer avait été un journaliste soucieux de la qualité et de la précision tant de l’information que du verbe: il quitta l’écran, en présentateur principal du JT, accompagné d’une réputation de rigueur.

Il n’allait pas disparaître de la scène publique: libéral, comme nombre de «fransquillons», comme le disaient péjorativement leurs adversaires flamingants, il siégera comme conseiller communal dans sa ville de Gand, puis comme conseiller au conseil provincial de Flandre-Orientale.

Déménagé à Uccle, Luc Beyer sera réélu conseiller communal, puis ira exercer son talent oratoire au Parlement européen, de 1979, date de la première élection directe de l’assemblée, à 1989.

Auteur

Vivant désormais à Paris, où il présidait l’Académie du gaullisme depuis 2008, Luc Beyer n’avait pas coupé les ponts avec son pays d’origine: plusieurs de ses livres raconteront l’histoire de la Flandre et des francophones de Flandre, des Lys de Flandre: vie et mort des francophones de Flandre (1302-2002) publié en 2002; à La Belgique en sursis (2008); La Belgique et ses démons (2011); et, en 2016, Ils avaient leurs raisons. 14-18 et 40-45: la collaboration en Flandre, dans le prolongement d’une déclaration provocatrice du ministre N-VA de l’Intérieur, Jan Jambon.