BRUXELLES

Attentat au Musée juif: Mehdi Nemmouche et Nacer Bendrer fixés le 25 janvier sur leur renvoi éventuel

Le parquet fédéral voudrait que Mehdi Nemmouche et Nacer Bendrer soient jugés devant la cour d’assises.© Reporters Press Agency M.Gouv

La chambre du conseil de Bruxelles déterminera le 25 janvier quels suspects devront comparaître pour répondre de l’attentat au Musée juif de Bruxelles, le 24 mai 2014.

LIRE AUSSI| Ces procès qui feront l’actu en 2018

Le parquet fédéral a requis le renvoi aux assises de Mehdi Nemmouche et Nacer Bendrer, et de lever les poursuites à l’égard de Mounir Atallah. Une des parties civiles demande que ce dernier soit également poursuivi.

L’attaque au Musée juif a coûté la vie à quatre personnes. Un couple de touristes israéliens quinquagénaires et une bénévole du Musée, âgée de 66 ans et d’origine française. Un collaborateur du musée, âgé de 25 ans, a succombé à ses blessures le 6 juin.

Une semaine après l’attentat, Mehdi Nemmouche a été appréhendé à Marseille. Il était notamment en possession d’armes qui semblaient identiques à celles utilisées, de munitions et d’un drapeau de l’État islamique. Le jeune homme n’a jusqu’ici fait aucune déclaration aux enquêteurs belges. Selon ses avocats, il est impliqué dans l’attaque mais il ne serait pas le tireur.

Au cours de l’enquête, deux autres suspects ont été placés sous mandat d’arrêt, puis libérés sous conditions. Il s’agit de Nacer Bendrer et Mounir Atallah. À la mi-janvier 2015, un avis de recherche a été lancé pour un quatrième suspect, un homme filmé en compagnie de Mehdi Nemmouche quelques jours après l’attentat. Cet homme n’est toujours pas identifié.

Comme le parquet fédéral, les parties civiles et la défense de Mehdi Nemmouche plaident pour un procès en assises. Les avocats de Mehdi Nemmouche rappellent que leur client ne fera de déclaration que devant les assises et qu’il n’est pas l’auteur des tirs. Ils renvoient entre autres aux images vidéo de l’attaque et à l’avis de recherche qui a été diffusé dans la foulée.

«Sur les premières images vidéo, on peut clairement voir que le tireur porte des lunettes de soleil», a affirmé Me Sébastien Courtoy. «Sur les photos qui ont été utilisées pour l’avis de recherche, ces lunettes ont subitement disparu. Nous avons posé plusieurs questions à ce sujet, mais n’avons jamais obtenu de réponse satisfaisante. Je me fais fort de ne pas faire accepter une chose pareille au jury.»

Si la chambre du conseil devait se prononcer en ce sens, le dossier serait renvoyé devant la chambre des mises en accusation, qui ordonnera de façon définitive le renvoi.

En septembre, les avocats de Mehdi Nemmouche avaient fait savoir que leur client avait probablement une tumeur au cerveau et qu’il n’allait sans doute pas pouvoir assister à son procès. La donne a changé sur ce point.

«Il est un peu mieux aujourd’hui et pourra vraisemblablement assister au procès», a commenté maître Henri Laquay. «Ce qui ne signifie pas que tout va très bien pour lui. Il a déjà subi toute une série d’examens et va devoir en passer d’autres. Il doit ainsi bientôt effectuer un scanner. On ne demande pas un tel examen si les docteurs ne soupçonnent pas quelque chose.»

Mehdi Nemmouche a longtemps séjourné à la prison de Bruges, mais a été transféré en octobre à celle de Leuze-en-Hainaut.