BIEN-ÊTRE AU TRAVAIL

Comment manger équilibré au boulot?

Comment manger équilibré au boulot?

Entre machines à friandises et à sodas, pas évident de garder la ligne au boulot. Première chose à faire: éviter de manger devant son ordinateur. Fotolia

La nouvelle année est là et avec elle son lot de bonnes résolutions. Manger équilibré et faire un peu de sport, ça commence déjà au boulot. Voici quelques astuces.

Entre les machines à friandises et à sodas, il n’est pas toujours évident d’adopter les bonnes habitudes alimentaires au travail. La première chose que préconise Virginie Vanesse, chef de service alimentation et diététique au CHU de Mont-Godinne, est de faire une vraie pause à midi. «En général, elle est hypercourte, d’une vingtaine de minutes environ, indique-t-elle. Or, il est conseillé de prendre son temps et de manger dans le calme. Pas lors d’une réunion ou devant son ordinateur.» De plus en plus de diététiciens apprennent à leurs patients à manger en pleine conscience. «Cette pratique a montré une diminution des prises alimentaires émotionnelles, c’est-à-dire le fait de manger de manière compulsive, explique-t-elle. L’objectif est de porter son attention sur l’activité qu’on est en train de faire: manger.» Sans stress et sans faire plusieurs choses à la fois.

Deuxième conseil: s’organiser et anticiper. Quand on cuisine, on peut prévoir une portion à emporter au boulot. Quand on fait ses courses, on peut écrire sa liste en réfléchissant à des pique-niques équilibrés. Si on opte pour le restaurant d’entreprise, mieux vaut décider à l’avance de consommer un lunch à midi et un repas complet le soir ou l’inverse. Virginie Vanesse recommande de s’orienter plutôt vers le salad bar s’il y en a un, de choisir une assiette avec beaucoup de légumes et de privilégier le poisson et la volaille plutôt que du haché par exemple. «On peut mentionner la ration que l’on souhaite à la personne qui nous sert, ajoute-t-elle. Il faut aussi faire attention à la taille de l’assiette. Plus elle est grande, plus on mangera.»

L’importance du sommeil

«De plus en plus d’études indiquent qu’un sommeil restreint (moins de 6 heures par nuit) et de mauvaise qualité influence les prises alimentaires, fait remarquer Virginie Vanesse. Lorsqu’on dort, on sécrète des hormones favorisant le déstockage des graisses. Si ces hormones ne sont pas suffisamment secrétées pour réguler notre métabolisme, on risque de stocker les graisses et les sucres plutôt que de les déstocker. Le rythme de sommeil est donc important.» La diététicienne déplore l’heure tardive à laquelle beaucoup de familles mangent le soir. «On préconise 4 heures entre l’heure du souper et celle du coucher. Or, c’est rarement le cas. Encore une fois, on peut préparer à manger à l’avance pour ne pas tarder à passer à table.»

Sport et eau, bases de la pyramide

La base de la pyramide alimentaire est l’exercice physique. Il est recommandé d’en faire une heure par jour en moyenne. «Adapter son mode de vie par rapport à la sédentarité de son travail et compenser par de l’exercice physique est forcément payant», note Virginie Vanesse. Quelqu’un qui exerce un job physique ou qui se déplace régulièrement n’aura pas les mêmes besoins qu’un employé sédentaire.

Outre les conseils classiques du type «empruntez les escaliers au lieu de prendre l’ascenseur», elle propose d’autres astuces. «Plutôt que d’être assis lors d’un coup de téléphone, c’est plus bénéfique de faire les 100 pas ou des petits mouvements dans son bureau. Si vous organisez des réunions, essayez qu’elles soient participatives et courtes. Vous pouvez les faire debout, autour d’un tableau, plutôt qu’assis autour d’une table. Le midi, allez prendre l’air en faisant le tour du bâtiment. Vous pouvez aussi créer un comité sport entre collègues pour proposer des activités à l’ensemble des employés: VTT, course à pied, tennis ou même pétanque! C’est bouger qui est important.»

Boire de l’eau est aussi la base d’un bon équilibre nutritionnel et a un impact sur la satiété. Enfin, même si la machine à café est un lieu convivial, retenez qu’on ingurgite 30 à 60 calories supplémentaires par café en fonction du dosage de sucre et de lait que l’on y met. Pour notre spécialiste, les entreprises ont un rôle à jouer en mettant à disposition des employés un local pour prendre le temps de manger et éventuellement un lieu pour faire un peu d’exercice physique, une fontaine à eau, un panier de fruits, et en proposant dans sa cantine une offre alimentaire permettant de manger équilibré.