TOURNAI

Accident à Havinnes: les cavaliers donnent leur version des faits

Accident à Havinnes: les cavaliers donnent leur version des faits

ÉdA.

Samedi, en fin de journée, un accident s’est produit, à Havinnes, entre un véhicule et un cheval. Ce dernier, grièvement blessé, a dû être abattu tandis que la cavalière a été légèrement blessée. Les victimes défendent une autre version des faits pour expliquer l’accident.

Au lendemain de l’accident qui a coûté la vie à un cheval, à la rue des Déportés (Havinnes), la responsable du manège de Rumillies, qui accueillait l’équidé, tient à préciser les circonstances de cette dramatique collision.

Samedi, vers 16 h 30, un automobiliste a perdu le contrôle de sa voiture et a percuté un groupe de cavaliers. Dans un premier temps, l’accident était expliqué par une réaction inattendue du cheval qui s’était jeté dans le fossé tandis que le conducteur du véhicule qui approchait le groupe de cavaliers, surpris par ce comportement, a aussi dévié de sa trajectoire et terminé sa course dans le fossé, au-dessus du cheval.

Trois chevaux percutés par le véhicule

Cette version des faits est contestée par les victimes elles-mêmes. Par l’entremise de Vinciane Gobert, elles expliquent le déroulé de ce drame. «Dans le groupe, ils étaient quatre cavaliers confirmés et prudents, insiste la responsable du manège, encore sous l’émotion. Cette route, bien sécurisée, est régulièrement empruntée pour des balades équestres à proximité du manège. Pour une raison que l’enquête devra déterminer, il semble que ce soit le conducteur qui a perdu le contrôle de son véhicule, et a percuté le groupe de cavaliers. Il n’y a pas eu de mouvement brusque et déroutant de la part de l’un des équidés. Trois chevaux seront touchés par le véhicule: deux s’en sortiront avec quelques blessures tandis que le troisième, emporté par le véhicule, sera très grièvement blessé et devra malheureusement être abattu… Les cavaliers ont également été légèrement blessés suite à leurs chutes. Tous les trois se sont présentés en centre hospitalier pour recevoir quelques soins. Ils sont encore très choqués par ce qu’ils ont vécu et particulièrement la propriétaire du cheval décédé qui a perdu son compagnon…»

Vinciane Gobert insiste sur le comportement des cavaliers. «Ils ont l’habitude de se balader et sont très attentifs aux mesures de sécurité. Les cavaliers sont considérés comme des usagers de la route et les automobilistes sont tenus de ralentir à leur approche.»

Samedi, la zone de police du Tournaisis est descendue sur les lieux. Les constatations établies, et l’enquête, devront permettre de faire toute la lumière sur cet accident.