Athénée: la ministre reste inflexible

Athénée: la ministre reste inflexible

Une délégation de 18 parents et enseignants a été reçue au cabinet de la ministre Schyns. -Eda

Ce jeudi, une vingtaine de profs de l’athénée de Huy ont été reçus par la ministre Schyns à son cabinet. Chacun campe sur ses positions.

 

 

«On fait face à un mur. On aurait pu être 500 que cela n’aurait rien changé. La ministre se cache derrière la loi et les statuts.» À Bruxelles, ce mercredi matin, l’heure n’est pas à la fête. Dans le hall d’entrée circulaire du siège de la Fédération Wallonie Bruxelles, les 18 parents et professeurs, éprouvent diverses émotions, après leur rencontre avec Marie-Martine Schyns.

Plus remontés que jamais

Une éducatrice ne peut retenir ses larmes: «Avec l’arrivée de Mme Depuis, la nouvelle préfète, certains parents nous ont fait savoir qu’ils retireraient leurs enfants de l’établissement. S’il y a moins d’élèves, il y aura moins de professeurs. Vous n’imaginez pas les gens qui peuvent perdre leur emploi.» Tristesse mais aussi colère: «Ils pensaient que cette réunion allait nous calmer, mais nous sommes ressortis plus remontés que lorsque nous sommes entrés.»

Pourtant la rencontre s’est déroulée dans le calme, sans cris. «Tout a été dit. La ministre a tout entre les mains! Elle a pris des notes et nous a écoutés.» C’est une affaire dont le ministère de l’Éducation se serait bien passé. «On nous a fait comprendre que nous avions tout intérêt à accepter cette décision», commente une membre du collectif des enseignants, venu en bus depuis Huy. «Ce qui nous gène, c’est que l’on ne pense qu’à mettre en avant les droits d’une personne. Mais ses devoirs? Y pense-t-on? Un préfet n’a-t-il pas un devoir d’exemplarité?», lance une personne du groupe.

Ce qui étonne les membres de la délégation, c’est l’entêtement dont fait preuve Anne Depuis dans ce dossier. Malgré les vives tensions qui agitent l’établissement hutois, Mme Depuis maintient sa volonté d’intégrer son poste de préfète auquel elle a droit. Pour rappel, Anne Depuis a été classée première, au vu de son ancienneté, pour entrer en stage en tant que préfète à l’athénée de Huy.

«On nous répond qu’elle veut laver son honneur. Mais vouloir laver son honneur, est-ce un projet pédagogique?» interroge, inquiète, une professeure.

Un discours d’adieu

Mme Dechany, l’actuelle préfète, garde le silence. «Elle va rester jusqu’au bout et faire son travail jusqu’à la dernière minute», confie Virgil Declercs, un élève de quatrième. Le jeune homme de 17 ans a pris l’initiative de mobiliser les élèves, le 8 janvier prochain, pour dénoncer l’arrivée de Mme Depuis (lire par ailleurs).

Mme Dechany prononcera son discours d’adieu, ce matin, à 9 h, à l’athénée royal de Huy.