Le collège verviétois propose un budget en boni et des investissements pour 30 millions

Le budget 2018 de Verviers a été voté mardi soir par le conseil communal majorité PS-cdH contre opposition (MR, Ecolo, PP). Il présente un boni à l'ordinaire de quelque 158.000 euros et des investissements de l'ordre de 30 millions d'euros bien que Benoît Pitance, échevin des Finances et du Budget, ait précisé que cette somme ne serait pas investie totalement en 2018 puisque des phasages pour les plus importants projets sont prévus.

Le financement de ces différents projets sera réalisé grâce à plus de 30% de subsides. La Ville a ainsi inscrit 2,5 millions d'euros pour le rachat d'immeubles dans le cadre de la revitalisation de l'ilot Coronmeuse, 3,4 millions pour la rénovation du Grand Théâtre, 1,5 million pour la concrétisation du centre sportif ou encore 7,2 millions d'euros pour 'Verviers ville conviviale', projet soutenu par des fonds européens.

Le début des travaux est d'ailleurs programmé fin 2018, ce chantier devant être achevé au plus tard dans le courant de l'année 2021. M. Pitance a également tenu à épingler les 400.000 euros affectés au budget participatif, "l'un des plus importants en Wallonie", assure-t-il.

A l'ordinaire, le budget 2018 présente un boni à l'exercice propre de 158.000 euros en maîtrisant ses dépenses de personnel et de fonctionnement tout en jugulant la dette, estime l'échevin des Finances et du Budget qui craint cependant quelque peu pour la future majorité qui devra absorber une perte de 1,2 million d'euros dans le cadre des recettes de transfert en raison du pool SRI.

Cette même perte, néanmoins limitée à 1 million, a déjà dû être intégrée au budget 2018. M. Pitance attire aussi l'attention sur la cotisation en responsabilisation au Fonds de pension et le tax-shift pour lesquels la Ville ne dispose d'aucune projection.

L'opposition pointe un budget sans ambition fiscalement en ne proposant pas une réduction du précompte immobilier pour les commerçants ni une taxe au précompte professionnelle revue afin de maintenir les revenus moyens au centre-ville plaide le MR qui fustige également le budget extraordinaire et la dette qui augmente.

Autant de points également relevés par Ecolo qui, comme le MR et le PP, a également voté contre ce budget, le dernier de la mandature.